Le monoxyde de carbone poursuit son offensive meurtrière. Et le bilan de ces dernières 24 heures est dramatique. La vie de 17 personnes, notamment des membres de mêmes familles, a été fauchée en une journée après inhalation du monoxyde de carbone émanant d’appareils de chauffage. Lundi, M’Sila a enregistré le décès de 9 personnes, Sétif 6 personnes et 2 personnes à Mostaganem pour la même raison. 25 autres personnes, incommodées par le monoxyde de carbone, ont été secourues par ses unités, a fait part la Protection civile dans un communiqué.

Par Sihem Bounabi
Au lendemain de cette tragédie, le ministre de l’Intérieur, Brahim Merad, a lancé un appel de prudence et de vigilance au peuple algérien. Le ministre de l’Intérieur a exhorté les Algériens à être plus prudents. «J’appelle toutes les familles à être prudentes et vigilantes afin d’éviter des accidents aussi graves avec beaucoup de victimes d’âges différents». Brahim Merad a ajouté qu’«il est très regrettable que nous soyons confrontés à ce nombre terrifiant de victimes. Malgré les campagnes de sensibilisation que nous menons pour prévenir les dangers du monoxyde de carbone, nous enregistrons toujours des décès». Le ministre de l’Intérieur a insisté sur l’importance de prendre les recommandations très sérieusement afin de se protéger contre les fuites de gaz toxique. Il souligne que «nous espérons que les citoyens seront attentifs et prendront en compte les consignes pour prévenir le danger d’asphyxie et d’intoxication par le monoxyde de carbone» tout en annonçant l’intensification des campagnes de sensibilisation.
La Protection civile a tenu à rappeler que le monoxyde de carbone est un gaz toxique «redoutable, invisible, inodore et non irritant» à l’origine de plusieurs décès. Elle a également mis en garde contre l’origine de ces tragédies qui sont souvent causées, notamment, par «des erreurs de prévention en matière de sécurité, l’absence de ventilation, le mauvais montage, un défaut d’entretien, ou l’utilisation de certains appareils qui ne sont pas destinés au chauffage».
Afin de se protéger et de prévenir tout risque d’intoxication au monoxyde de carbone, la Protection civile souligne «l’impératif d’adopter les bons gestes préventifs». Il est vivement conseillé de «ne pas boucher les prises d’air dans les pièces» et «veiller à toujours ventiler le logement lors de l’utilisation des appareils de chauffage avec au minimum une aération d’au moins 10 minutes par jour le lieu d’habitation».
Il est, également, recommandé de «ne jamais obstruer les entrées et les sorties d’air du logement», de faire «entretenir régulièrement les appareils de chauffage par un professionnel» et de «ne pas utiliser comme moyen de chauffage tabouna et autres appareils de cuisson». Il est également fortement préconisé «d’ utiliser un détecteur de monoxyde de carbone comme moyen d’alerte» et de «ne pas laisser un moteur de voiture en marche dans un garage fermé». La Protection civile a rappelé, à cette occasion, son numéro d’urgence, le 14, et son numéro vert, le 1021, ajoutant qu’il est préférable que lors des appels, les citoyens précisent la nature de l’accident pour «une prise en charge rapide et efficace».
Pour rappel, en 2022, le monoxyde de carbone a fait 175 victimes tandis que 3 617 personnes ont été sauvées in extrémis par les agents de la Protection civile. Il a été malheureusement constaté que «la plupart des décès dus au monoxyde de carbone sont le résultat d’un défaut de prévention en termes d’application des conditions de sécurité et de sûreté».
Dans la majorité des cas, il s’agit principalement de l’absence ou l’insuffisance d’une ventilation adéquate et permanente dans les habitations, d’appareils de chauffage non conformes aux normes de sécurité imposées par l’Algérie ou d’appareil contrefait, ainsi que l’installation et l’exploitation incorrectes de divers appareils par des personnes non qualifiées.
Depuis des années, des campagnes nationales de sensibilisation sont menées par la Protection civile, notamment à travers des portes ouvertes au niveau de ses unités. Des messages des mesures préventives sur les médias et les réseaux sociaux ainsi que des caravanes de prévention sillonnent les différentes communes, villages et douars reculés pour un travail de proximité au plus près des citoyens afin de les alerter sur les dangers de l’empoisonnement aux monoxydes et les précautions préventives vitales à prendre pour écarter tout risque de danger de ce tueur silencieux. Malgré cela, ce dernier continue à sévir, endeuillant chaque hiver des familles entières.

Décès de deux personnes par asphyxie au monoxyde à Aïn M’lila (protection civile)
Deux (2) personnes sont mortes dans la commune d’Aïn M’lila (Oum El Bouaghi), asphyxiées au monoxyde de carbone, émanant d’un appareil de chauffage, ont indiqué mardi les services de la protection civile.
Les éléments de l’unité secondaire de ce corps constitué de cette commune, sont intervenus à la cité Abdelhak Benhamouda vers 11h49 pour cet accident ayant causé l’intoxication au monoxyde de carbone de deux jeunes âgés de 23 et de 25 ans, a indiqué un communiqué émanant de la direction locale de ce secteur.
Les victimes de cet incident ont été transportées vers l’hôpital de la localité d’Ain M’lila par des particuliers où le médecin de permanence a confirmé leur décès, a souligné la même source. Il est à noter qu’une enquête a été ouverte par les services de sécurité concernés, pour déterminer les circonstances exactes à l’origine de ce drame.(APS)