Le nombre des nouvelles contaminations au coronavirus en Algérie a enregistré une baisse de même que celui des décès, tout en restant au-dessus de la barre de mille cas pour le premier, et assez proche de la vingtaine de cas pour le second. Ce qui traduit que les chiffres, quoi qu’ayant un peu reculé, restent dans des proportions élevées.
Le bilan présenté indique que le pays a enregistré 1.009 nouvelles contaminations au Covid-19 durant les dernières vingt-quatre heures, contre 1.044 la veille. Le nombre de décès a connu une légère baisse, étant passé à 17 décès durant les dernières vingt-quatre heures contre 21 la veille.
Quant aux guérisons, elles ont connu une hausse, avec 636 malades rétablies ayant quitté les structures de santé durant les dernières vingt-quatre heures, contre 622 la veille, selon le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar. Celui a indiqué que les services des soins intensifs ont accueilli moins de malades. «44 patients sont actuellement en soins intensifs», a-t-il déclaré, contre 51 la veille.
Depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19 en Algérie à la fin de février dernier, le total des cas confirmés s’élève à «82.221 dont 1.009 nouveaux cas, soit 2,4 cas pour 100.000 habitants lors des dernières vingt-quatre heures, celui des décès à 2.410 cas, alors que le nombre des patients guéris est passé à 53.204», a fait savoir Dr Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie de coronavirus.
Par ailleurs, le même responsable a révélé que «13 wilayas ont recensé moins de 9 cas durant les dernières vingt-quatre heures, 22 autres ont enregistré plus de 10 cas, alors que 13 wilayas n’ont enregistré aucun nouveau cas». Il y a lieu de noter que la veille, elles étaient 18 wilayas à n’avoir enregistré aucun cas.
Le porte-parole du Comité scientifique, après avoir souligné que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect de l’ensemble des règles d’hygiène et de prévention, a encore une fois, pour la énième fois, réitéré «l’obligation du respect du port du masque surtout» ainsi que «la distanciation physique». C’est, en effet, la seule solution qui reste à la portée de tous, étant donné que le vaccin sur lequel sont fondés beaucoup d’espoir ne pourrait être effectivement disponible qu’au premier trimestre de l’année prochaine. Entre-temps, le coronavirus ne s’arrêtera pas en si «bon chemin» et poursuivra sa transmission… n