Le Directeur général de la Sûreté nationale Khelifa Ounissi a animé, hier, une conférence de presse à l’occasion de la présentation du bilan annuel des activités de la Sûreté nationale de la région centre, où il est revenu sur les actions menées par les éléments de la Sûreté nationale dans le contexte de la crise sanitaire.
Il a tenu à souligner les efforts consentis par les brigades opérationnelles de la police sur le terrain durant 2020 à la lumière du contexte sanitaire exceptionnel, se félicitant des résultats concluants réalisés en termes de lutte contre cette pandémie. Il a également salué les efforts des différents services de police à travers le territoire national pour avoir accompagné les pouvoirs publics dans l’exécution des décisions réglementaires relatives à la limitation de la propagation du coronavirus, aussi bien que ceux consentis en faveur de la sécurité des citoyens et de leurs biens.
Le Directeur général de la Sûreté nationale a, toutefois, confié aux médias présents la difficulté de la mission qui a été assignée à la police, en soulignant que « s’adapter à cette nouvelle situation n’a pas été facile ». Affirmant que «cela n’a pas été facile du jour au lendemain d’imposer aux citoyens le respect de ces mesures préventives comme le port du masque ou des horaires de confinement du fait que cela entravait les libertés individuelles». Le patron de la police enchaîne que c’était d’autant plus difficile que «nous sommes censés protéger ces libertés individuelles. Nous nous sommes retrouvés contraints d’expliquer et d’imposer aux citoyens l’importance de restreindre ces libertés individuelles». Il souligne que « certains ont considéré cela comme une forme de répression ou d’atteinte aux libertés individuelles, mais on était obligés de sévir pour sauver des vies humaines ».
Toutefois, le Directeur général de la Sûreté nationale reconnaît qu’au fil des mois, et après plusieurs campagnes de sensibilisation, les Algériens ont pris conscience de l’importance du respect des mesures de prévention et se sont adaptés au fil du temps aux contraintes imposées par la pandémie de la Covid-19.
334 859 infractions pour non-port du masque de protection
Ainsi, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la Covid-19, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a enregistré, au courant de l’année, 334 859 infractions de non-port du masque de protection et 271 779 personnes n’ont pas respecté les horaires du confinement au niveau de la région centre du pays, qui englobe onze wilayas, a annoncé, hier, l’inspecteur régional de police de la région Centre, Farid Zinedine Bencheikh.
Le même responsable a ajouté, lors de sa présentation, hier, que dans le cadre de l’application des mesures liées à la réponse à l’épidémie du coronavirus, 36 732 infractions pour non-respect de la distanciation physique ont également été enregistrées et 3 746 infractions de non-respect de la réglementation, concernant les mesures de stérilisation et de port de masque obligatoire au niveau des transports en commun, soit dans les taxis et les bus. Il a également été enregistré 167 infractions liées aux cortèges des fêtes de mariage pourtant interdites durant la pandémie.
Concernant les commerces, 39 693 infractions de non-respect des mesures de prévention dans le cadre de la lutte contre la pandémie ont été enregistrées, en coordination avec les autorités concernées. En coordination avec les services de la Direction du commerce, il a également été procédé à la saisie de 46 316 masques de protection, 446 724 de gants médicaux et 60 323 litres de désinfectants alcoolisés.
En outre, 32 596 véhicules et 6 702 motos ont été mis en fourrière, suite à une infraction liée aux mesures préventives du confinement.
Dans le cadre de la campagne de sensibilisation, les services de police ont mené 95 534 campagnes de sensibilisation et d’orientation auprès des citoyens. En ce qui concerne l’application de la quarantaine et la suspension du trafic, outre l’effort des services de police, ils ont organisé des campagnes de sensibilisation au profit des usagers de la route, en plus d’intensifier les patrouilles, et soulignent que 507 664 campagnes de sensibilisation ont été organisées au cours de l’année écoulée, ainsi que 2 705 opérations de nettoyage des alentours et des rues en coordination avec différents partenaires sur le terrain. Concernant les infractions des automobilistes, il a été enregistré 37 840 délits de la route et 357 627 amendes rédigées et le retrait de 102 444 permis de conduire.
L’inspecteur régional de police de la région Centre, Farid Zinedine Bencheikh a également annoncé que 24 éléments de la Sûreté nationale sont décédés des suites de leur contamination à la Covid-19.