Le chef de Sûreté de wilaya par intérim, le commissaire principal Brahim Boudjelal, a présenté avant-hier le bilan des activités de la police au titre de l’année 2018, lors d’un point de presse au niveau du siège du boulevard Pasteur (Les Cerisiers). D’emblée, le responsable indiquera que la couverture du territoire est assurée par 52 structures sécuritaires dont 19 Sûretés de daïra,
20 Sûretés urbaines, 4 BMPJ, 3 PAF, une brigade des stups à Tlemcen, une brigade de lutte contre l’immigration clandestine (BRIEC) à Maghnia et une unité de maintien de l’ordre (304) à Remchi. Au titre de la criminalité sous toutes ses formes, le commissaire fera état de 5 853 affaires dont 5 172 traitées (soit 88,36%), impliquant 7 216 personnes dont 463 ressortissants étrangers ; 1 574 ont été placées en détention provisoire et, 5 238 relâchées et 404 en état de fuite. A ce titre, il a été enregistré 2 150 atteintes aux personnes (notamment 16 crimes de sang, 908 CBV, 478 menaces et 242 outrages), 2 015 aux biens (350 vols qualifiés et 1 087 larcins), 684 à la chose publique, 238 aux bonnes mœurs, 191 infractions économiques et financières, 539 affaires de drogue et 36 autres liées à la cybercriminalité. Par rapport au trafic de drogue, il a été procédé à la saisie de près de 24 quintaux de résine de cannabis, 14 435 comprimés psychotropes, 43 flacons de barbituriques et 11,39 grammes de drogue dure. La contrebande s’est illustrée par 44 affaires impliquant 77 personnes dont 19 ont été placées en détention provisoire et 40 relaxées alors que 18 sont déclarées en état de fuite. Pour les saisies, le « butin » comprend 63 véhicules, un camion, 19 motos, 23 962 unités de spiritueux, 640 kg de déchets de cuivre, 1 264 comprimés de médicaments, 1 173 pétards, 15 180 paquets de cigarette, 27 000 de boîtes d’arôme (miel de chicha), 3,400 kg de corail, 1 551 kg de dattes, 7 200 boîtes de tabac à chiquer (chemma), 44 portables, un lot de pièces détachées, un drone, outre 2 384 500 DA, 8 336 dollars US, 51 350 euros et 220 dirhams marocains. S’agissant des descentes de police, le chef de Sûreté fera savoir que 1 291 opérations coup de poing ont été menées au cours desquelles 20 503 personnes ont été interpellées dont 843 présentées devant la justice, parmi elles, 298 placées en détention provisoire, 277 relâchées, 38 sous contrôle judiciaire, 101 en citation directe et 129 mises à la disposition d’autres services. Abordant le chapitre des violences contre la femme illustré par 265 affaires, l’orateur signalera 188 CBV, 14 abus sexuels, 61 cas de maltraitance et 2 cas de harcèlement sexuel. Quant aux mineurs, on apprendra que 63 garçons et 72 filles ont été victimes de violences diverses dont le viol, l’outrage aux bonnes mœurs, l’abus sexuel, le crime de sang, la maltraitance et l’enlèvement. Pour ce qui est de l’implication de cette frange juvénile de la société dans des délits, il est fait état de 110 affaires mettant en cause 130 mineurs (dont 6 filles) dont 12 placés en détention provisoire, 26 orientés vers des centres de protection de l’enfance et 92 remis en liberté. Alors que le nombre de cas en danger moral s’élève à 58 (dont 18 filles) dont 36 remis aux parents et 16 placés dans un centre spécialisé. En ce qui concerne la sécurité publique, il a été enregistré 528 accidents de la route ayant fait 594 blessés et 23 morts. Dans ce sillage, 1 096 véhicules (dont 47 immatriculés à l’étranger), ont été interceptés par le « radar » pour excès de vitesse. Sur ce registre, il a été procédé à 5 231 retraits de permis de conduire comme il a été enregistré 1 551 infractions au code de la route, 696 autres liées à la coordination (transport public) et 1 089 concernant les motos. Le nombre de barrages de contrôle et de patrouilles est respectivement de 2 936 et 18 059. En matière de protection de l’environnement, il a été constaté 440 constructions illicites et 563 occupations sauvages de trottoirs comme il a été procédé à 27 démolitions. Le nombre d’affaires liées au commerce informel se chiffre à 237 avec 97 personnes interpellées et 100 dossiers transmis à la justice. Par ailleurs, on dénombre 78 infractions à l’hygiène publique alors que 34 opérations d’abattage de chiens errants (112) ont été effectuées. Au titre des numéros verts, 3 280 appels ont été reçus au 1548, 480 au 17 et 3 051 au 171. Il faut souligner que le bilan des activités de la CCRP n’était pas en reste dans ce rapport. Le débat a porté sur la formation, la cybercriminalité, les émeutes des logements, la violence dans les stades, l’affaire Nekkaz, les incidents lors des sénatoriales, la fiche technique (scanner), le taux des accidents « féminins »…E. H. T.