L’Association Sidi Abderrahmane at-Thaâlibî pour la promotion du patrimoine, en partenariat avec la Chaire Unesco Emir Abdelkader pour les droits de l’homme et la culture de paix de l’université d’Alger I, organise aujourd’hui dès 9 h, à la bibliothèque nationale

d’El Hamma (BN), un colloque national autour de la thématique « Cheikh Abderrahmane at-Thaâlibî : un exégète algérien » où de nombreux experts et spécialistes aborderont l’œuvre du saint patron de la capitale intitulée «Les joyaux éclatants dans l’exégèse du Coran ».
En marge des rencontres scientifiques du colloque, les initiateurs de cette manifestation organisent aussi la remise du prix Cheikh Abderrahmane Thaâlibî pour la recherche scientifique 2018-2019 attribué à Habib Barik Allah, maître de conférences au centre universitaire de Tindouf pour la réalisation du manuscrit du cheikh Abderrahmane at-Thaâlibî « Les jardins des saints et promenade des pieux » (Riad al sâlihîn wa nuzhat
al- muttaqîn), publié aux éditions Dar
El Waï, à Alger, en 2014, ainsi qu’une exposition sur la vie et l’œuvre de Sidi Abderrahmane.
A propos de la thématique centrale de cette rencontre, les organisateurs soulignent que l’exégèse d’at-Thaâlibî, connue sous l’intitulé des « Joyaux éclatants» (al-Djawâhir al-hisân) représente son œuvre la plus colossale, plus encore, l’un des plus grands traités d’exégèse coranique au Maghreb. C’est pour cette raison que l’Association Sidi Abderrahmane pour la Promotion du patrimoine a décidé de consacrer le quatrième colloque national de la pensée d’at- Thaâlibî à cet aspect de son héritage intellectuel : l’exégèse coranique.
 Il est aussi préciser à ce sujet, que cheikh at-Thaâlibî a établi une méthodologie propre dans l’herméneutique coranique « visant à concilier entre la lettre et l’esprit du texte, entre l’exégèse traditionnelle et l’interprétation rationnelle, laissant clairement apparaître l’influence des maîtres soufis sur sa personnalité ». Ainsi, la rencontre scientifique s’articulera autour de trois axes thématiques suivants : L’influence d’at-Thaâlibî sur les études islamiques, La méthode herméneutique d’at-Thaâlibî : une conciliation entre la lettre et à l’esprit et le point de vue d’at-Thaâlibî sur les récits bibliques. Les conférences seront animées par des universitaires venus des différents centres de recherche sur le territoire national notamment de Batna, Laghouat, El Oued, Tindouf et Tizi-Ouzou. Pour rappel, cheikh Abderrahmane at-Thaâlibî est parmi les savants du Maghreb médiéval les plus célèbres, autant parmi leurs contemporains qu’auprès des générations postérieures. C’est ainsi qu’il demeure connu par le grand nombre d’ouvrages qu’il a légués dans différents domaines du savoir. Un érudit représentant le symbole de la ville d’Alger, célèbre sous l’appellation de la «ville de Sidi Abderrahmane». Bien que cheikh at-Thaâlibî soit davantage connu comme un « saint » du soufisme, il fut également et surtout un homme de connaissance, dont la théologie, de savoir, qui s’était distingué dans plusieurs domaines tels les chroniques prophétiques, la poésie, la linguistique, la hagiographie, le soufisme, l’histoire, la médecine et, surtout, l’exégèse coranique. C’est pour toutes ces raisons que l’Unesco a décidé de s’associer, en 2013, à la célébration du sixième centenaire de la fondation de l’école de Sidi Abderrahmane at-Thaâlibî sous le slogan de « cœur de la Casbah d’Alger et source de rayonnement culturel au Maghreb ».