Le drame a eu lieu lundi dans le quartier de Cheikh Ameur, à la périphérie de Berriane, à 45 km au nord de Ghardaïa. La victime était au dernier étage de la construction familiale qui en compte trois et regardait vers le sol, lorsque subitement, pour des raisons que seule l’enquête ouverte par la brigade de gendarmerie de Berriane élucidera, il chutera lourdement, s’écrasant violement sur le sol. Il est mort sur le coup.

Sa dépouille a été évacuée par la Protection civile de Berriane qui l’a déposée à la morgue de la polyclinique de Berriane. Mais faute de médecin légiste sur place, sa dépouille a été, dans un premier temps, transférée à l’hôpital Dr Brahim-Tirichine de Sidi Abbaz, à Ghardaïa, où, encore une fois, il y avait absence de médecin légiste, avant qu’elle ne soit déposée à l’hôpital Mohamed-Boudiaf, de Ouargla, 200 km plus au sud, pour l’autopsie d’usage. Malaise ou vertige ? Seule l’enquête, découlant des résultats de l’autopsie, pourra y répondre.
O. Y.