Par Bouzid Chalabi
La liste des bénéficiaires de l’allocation chômage, en vigueur depuis le mois de mars dernier, pourrait s’élargir à d’autres catégories sociales et aux personnes de moins de cinquante ans au lieu de 40 ans comme plafonné actuellement. Une orientation qui pour l’heure est à l’étude par le gouvernement.
C’est le ministre du Travail et des Affaires sociales Youcef Chorfa qui l’a révélé, jeudi dernier, à l’Assemblée populaire nationale (APN) à l’occasion d’une séance plénière consacrée aux questions orales destinées aux ministres de la Poste et des Télécommunications et du Travail et des Affaires sociales, en réponse à une question d’un parlementaire sur la possibilité d’élargir la liste des bénéficiaires de l’allocation de chômage. Et d’expliquer dans ce sens que pourront en bénéficier également les orphelins détenant une partie de la pension de retraite de leurs parents décédés « mais à titre exceptionnel » et les personnes âgées entre 40 et 50 ans. Non sans souligner que cette décision a été prise conformément aux recommandations du président de la République Abdelmadjid Tebboune lors d’un Conseil des ministres, précisant en ce sens : « Le projet est à l’étude et demande du temps pour aboutir à sa mouture finale du fait qu’il est nouveau et pour étudier toutes les propositions. Concernant les salariés n’ayant travaillé que sur la base de contrat de travail à durée déterminée et aspirant à bénéficier d’une allocation chômage, il a affirmé que « le nouveau dispositif exclut ce type de contrat, car il était utilisé dans des cas spéciaux en vertu de la loi n° 90-11 du 21 avril 1990. »

Liste des métiers pénibles toujours en attente
Notons que le ministre a été également interpellé par un député sur le retard qu’accuse la publication de la liste des métiers pénibles. Il a indiqué que « la nomenclature nationale des métiers, qui servira de plate-forme à la commission chargée de l’élaboration de la liste des métiers pénibles, est en cours de finalisation ».
Rappelant à l’occasion que la commission chargée de l’élaboration de la liste des métiers pénibles, composée des représentants de plusieurs secteurs et départements ministériels, a été installée en 2018, « elle œuvre à réunir les outils techniques permettant d’évaluer les métiers objet d’étude », a-t-il souligné. Comme il a fait savoir que « l’ajustement des critères de détermination des métiers difficiles nécessite une étude approfondie pour les classifier parmi au moins 5 510 professions. Et de lâcher au passage : « Compte tenu de l’avancée technologique dans le monde du travail, il devient déraisonnable de proposer une liste spécifique sans une autre car le cas échéant des problèmes vont surgir. » Toujours dans ce même ordre d’idées, il a conclu que « pour l’heure et dans un premier temps, il a été décidé d’identifier 200 professions afin de ne pas nous trouver devant des problèmes inextricables vis-à-vis du monde du travail ».
Rappelons enfin que l’Etat a alloué un budget de plus de 80 milliards de dinars au titre de contribution au dispositif de l’allocation chômage entré en vigueur en mars 2022, en vertu d’un décret présidentiel paru au Journal Officiel n°27. Cette décision de création d’une allocation chômage, prise par le président de la République, permet aux demandeurs d’emploi inscrits auprès de l’Agence nationale de l’emploi (Anem) de bénéficier d’une allocation mensuelle de 13 000 DA et d’une couverture sociale à travers la carte Chifa. De quoi donner une lueur d’espoir aux centaines de jeunes diplômés dans l’attente de dénicher un poste d’emplois depuis des années. n