Pour sa première liste en tant que sélectionneur de l’équipe nationale, Djamel Belmadi a concocté quelques surprises pour ce qui est des 25 joueurs concernés par l’opposition programmée au 8 septembre face à la Gambie à Banjul. Plutôt que de se focaliser sur les absents, un zoom sur les joueurs appelés s’impose. Des présents qui ne font pas tous l’unanimité mais que le driver des « Verts » a décidé de rappeler pour les passer sous sa loupe. Certains n’ont pas forcément laissé bonne impression lors des dernières sélections. Seconde chance ou choix de circonstances ?
Une petite lecture s’impose.

 

C’est certainement l’un des sérieux points faibles de l’EN depuis un certain temps : la défense. « El-Khadra» a toujours encaissé au moins un but sous la coupe de Rabah Madjer qui a précédé la venue de Belmadi. En six sorties, les filets des Fennecs ont tremblé à 12 reprises dont 6 rien que lors des deux dernières rencontres contre le Cap-Vert (défaite 3 à 2) et le Portugal (match perdu sur le score de 3 buts à 0). Une arrière-garde fragile qui commençait vraiment à inquiéter. L’ex-driver de l’Algérie n’a pas vraiment réussi à redonner l’équilibre à ce compartiment qu’il n’a pas hésité à chambouler en faisant appel à de nouveaux éléments et en écartant des anciens.

Les gardiens d’abord

Parmi les recalés, il y avait l’expérimenté portier Raïs M’Bolhi et son compère Doukha Azzedine. Ces deux-là font leur « comeback » avec l’arrivée de Djamel Belmadi qui leur a renouvelé sa confiance pour un poste important dans ce secteur de jeu. Deux éléments qui savent qu’ils reviennent de loin car ils semblaient voués à la retraite internationale. Surtout depuis qu’ils ont rejoint le championnat saoudien. Doukha, aujourd’hui sociétaire d’Al-Raed, s’est réjoui de retrouver ses compatriotes après une longue absence. « Je suis vraiment heureux car cette convocation je l’attendais depuis l’année dernière où j’avais réalisé une excellente saison avec mon club », a-t-il reconnu dans un entretien accordé au quotidien spécialisé « Le Buteur »en rappelant que «j’ai été élu meilleur gardien du championnat de la phase aller, en fin de saison j’ai été élu deuxième meilleur gardien, mais les sélectionneurs qui se sont succédés m’ont ignoré.» Même s’il sait que le métronome l’inusable M’Bolhi a une longueur d’avance, l’ancien keeper du NA Hussein-Dey savoure le fait de retourner en équipe national. C’est déjà ça.

Pas le temps de faire table rase

Vous l’avez compris, Belmadi n’a, faute de temps, pas cherché trop loin pour « révolutionner » le secteur de la défense. L’idéal était donc de rappeler ceux qui connaîssent la maison et dont le profil intéresse le coach. C’est pourquoi il a décidé de rappeler les Tahrat, Halliche, Belkhiter et Hassani. Ce dernier avait vécu une première manche très compliquée face à la Zambie à Lusaka avec une prestation très moyenne pour ne pas dire mauvaise. Par la suite, il n’a plus été rappelé. Pourtant, le joueur de 23 ans a certains atouts qu’il n’a pas pu mettre en avant étant donné qu’il a été aligné dans contexte très difficile pour sa première. Pas franchement un cadeau. C’est pourquoi Belmadi a décidé de le relancer et le voir à l’œuvre. Logique, même s’il n’a pas de fortes chances d’être titularisé pour cette empoignade en terre gambienne. Aussi, Tahrat et Belkhiter semblent être des choix de circonstances. Dans le poste d’arrière-droit, Attal est absent de la liste (blessé). C’est Belkhiter qui a le profil pour le suppléer. Même donne à gauche. Avec un Ghoulam toujours convalescent et pas retenu, c’est Mohamed Fares qui s’engouffre. Un élément dont on dit beaucoup de bien et qu’on n’a jamais vu jouer avec la tunique de l’Algérie jusque-là. Le fait d’évoluer en Italie, où la défense est légion, est rassurant pour cet arrière-gauche prometteur. Des qualités qu’il aura à confirmer si l’opportunité lui sera donnée car il sera en concurrence avec Ayoub Abdellaoui, lui aussi concerné par cette date. Enfin, dans l’axe, Ramy Bensebaïni et Aïssa Mandi seraient les mieux indiqués pour former la paire. Le est gaucher, le second droitier ce qui aidera parfaitement dans la relance. Quant à Rafik Halliche, il devrait être une pièce de rechange pour palier un éventuel contretemps.

La carte jeunesse

Enfin, pour ce qui est des joueurs de champ en défense, il est utile de relever la basse moyenne d’âge (22 ans et demi) des retenus. Seul Rafik Halliche (32 ans) a dépassé la trentaine. Excepté Tahrat (28 ans), les autres éléments pourraient éventuellement disputer les trois Coupes d’Afrique des nations à venir et la coupe du Monde 2022 au Qatar.
Il faut savoir qu’Abdellaoui, Bensebaïni, Mandi, Fares, Hassani, Belkhiter ont 25 ans, 23 ans, 27 ans, 22 ans, 23 ans et 26 ans dans l’ordre. On y ajoutera Attal (22 ans) et Ghoulam (27 ans) qui manqueront à ce stage pour des raisons médicales.
C’est clair, Belmadi vise le long terme avec une composante qu’il a dû composer dans un laps de temps court. Certes, il n’a pas retenu des joueurs du cru mais il est utile de rappeler qu’il n’a pas vraiment eu le temps de superviser tout le monde.
L’obligation était de ne pas trop chambouler l’équipe. On ne fait pas une révolution juste pour la faire. Beaucoup d’éléments et les conditions dans lesquelles se trouve le groupe sont à considérer. Le groupe c’est important car c’est ce qui fait la force. Belmadi en a gardé le noyau. C’est l’essentiel en attendant les regroupements à venir.n