Des dizaines de personnes ont été arrêtées préventivement dimanche à Bruxelles pour empêcher deux manifestations interdites par les autorités contre les mesures anti-Covid, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police locale. «On est au-delà de 200 arrestations pour le moment», principalement aux abords des gares de la capitale belge, a affirmé ce porte-parole à la mi-journée. Une place située devant la gare centrale, où la mobilisation était la «plus large», a du être évacuée, a-t-il ajouté. Parmi les personnes présentes figurent «des supporters de clubs» de football belge. Outre la gare centrale, les manifestants étaient appelés sur les réseaux sociaux à se rassembler à l’Atomium, un monument emblématique de la ville, où quelques dizaines de personnes étaient présentes. «Nous rappelons qu’il n’y a aucune autorisation pour venir manifester ce dimanche», a insisté la police de Bruxelles sur Twitter. «Les personnes qui ont malgré tout l’intention de manifester à Bruxelles aujourd’hui seront abordées, dissuadées de rester et, si nécessaire, arrêtées administrativement», a-t-elle ajouté. La Belgique, qui compte 11,5 millions d’habitants, a déjà recensé plus de 20.000 décès liée au coronavirus depuis mars 2020. Le pays a récemment décidé d’interdire les voyages «non essentiels» vers et hors de son territoire jusqu’au 1er mars. Depuis presque trois mois, les Belges sont partiellement confinés, avec les écoles ouvertes mais de multiples secteurs d’activité fermés (cafés, restaurants, salles de spectacles, de sport, etc.). Des émeutes ont eu lieu aux Pays-Bas voisins contre l’instauration la semaine passée d’un couvre-feu contre le Covid-19. n