Lors de sa visite officielle effectuée, le vendredi 22 juin dernier, dans la commune de Tamokra, relevant de la daïra d’Akbou, le wali par intérim de Béjaïa, Toufik Mezhoud, a tenu à honorer le célébrissime érudit de l’Islam, Cheikh Mohamed Tahar Aït Aldjet, natif de cette région montagneuse qui a enfanté de nombreux cadres de l’Etat.

C’est en présence d’imams, de représentants de la zaouïa Cheikh Yahia El Aidli, des cadres de la wilaya et des élus locaux, que le chef de l’exécutif a décerné à titre honorifique un prix symbolique et une attestation de reconnaissance à cet éminent théologien spécialiste de la religion musulmane.
Visiblement très ému par ce geste honorifique, Cheikh Mohamed Tahar Aït Aldjet s’est montré tout de même satisfait et content de l’ambiance bon enfant ayant marqué cette cérémonie.
Agé de 104 ans, il a passé près de 80 ans dans l’enseignement, l’éducation et la promotion de la bonne parole. Ancien moudjahid, il était le conseiller du colonel Amirouche, ancien chef historique de la Wilaya III et connu également pour ses actions de bienfaisance. « Il demeure une école de patriotisme », témoignent ses anciens compagnons de l’ALN. Durant son exil, il avait pu renforcer son autorité morale et sa détermination à poursuivre sa noble mission d’éducation de ses concitoyens qui souffraient de l’ignorance en plus de la répression et de la pauvreté. Non seulement il était aux côtés des malheureux, mais il s’investissait dans la résorption des conflits, lui, qui mettait à profit son érudition théologique. « Il reste une référence pour les spécialistes en sciences islamiques. Aujourd’hui encore, il est considéré comme le symbole de l’école algérienne authentique dans ce domaine. En plus de sa science immense et son parcours élogieux, ses qualités morales et humaines font qu’il est respecté par tous », soutient un imam de Tamokra. Par ailleurs, le wali de Béjaïa a octroyé une enveloppe pour l’achèvement de la construction de la nouvelle zaouïa de Tamokra, dédiée à la mémoire du savant soufi du 15e siècle, Cheikh Yahia el Aâdli qui en est le fondateur. A noter que ce projet consiste en la réalisation d’une école coranique qui abritera des espaces spécialement pédagogiques à savoir l’enseignement coranique, en sus des activités de détente et de loisirs. La capacité d’accueil de cette école est de 250 personnes, précise-t-on dans la fiche technique du projet.