Lors de sa visite officielle effectuée, dimanche, dans la wilaya de Béjaïa, le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, a procédé à l’inauguration « symbolique » de deux projets relevant de son secteur, à savoir l’échangeur des Quatre-chemins et la gare maritime de la ville des Hammadites.

Ces deux nouvelles infrastructures ont été déjà mises en service, faut-il le préciser, à l’occasion de l’ouverture de la saison estivale 2018. Dans la matinée, l’hôte de Béjaïa a eu d’abord à se rendre à Sidi Aïch pour inspecter le chantier des deux tunnels qui constitue le point noir du reste du projet de la pénétrante autoroutière, devant relier le port de Béjaïa à l’Autoroute Est-Ouest, au niveau de la commune d’Ahnif (Bouira) sur 100 km. Selon le premier responsable de la Direction des travaux publics (DTP) de la wilaya de Béjaïa, Salim Zahnit, qui a présenté au ministre la fiche technique de cette réalisation, le taux d’avancement des travaux au niveau de ces deux tunnels est estimé à 57 %. De son côté, M. Zaâlane a tenu à rassurer tout le monde en affirmant que « ce projet structurant ne souffre plus de problème financier du fait que l’Etat a réglé toutes les situations de travaux de l’entreprise chinoise en charge de la réalisation de ce projet ». « Toutes les situations pendantes jusqu’à avril dernier ont été honorées et que désormais rien ne s’oppose à aller de l’avant et à donner au chantier un coup d’accélérateur », a-t-il affirmé. Toutefois, la seule contrainte qui reste à surmonter est le manque flagrant d’approvisionnement en agrégats. A cela s’ajoutent aussi les quelques oppositions citoyennes dans certaines localités. Pour cela, le ministre des Transports et des Travaux publics lance un appel solennel à l’ensemble les élus locaux et nationaux de la wilaya de Béjaïa pour s’impliquer davantage dans la sensibilisation des citoyens qui bloquent l’achèvement du projet. « Les besoins du chantier en agrégats sont de l’ordre de 1,5 million de tonnes par mois. Mais, en pratique, il n’est approvisionner qu’à concurrence de 100 000 tonnes mensuellement », a-t-il déploré, appelant les édiles de la wilaya à quelques échelles soient-ils de redoubler d’efforts pour permettre à l’entreprise chinoise CRCC de livrer le projet dans les meilleurs délais et d’offrir un nouvel atout économique et social à la région qui en a grandement besoin. Eu égard à ces écueils qui freinent la cadence des travaux de la pénétrante de Béjaïa, le ministre s’est refusé, cette fois de donner la date prévisionnelle de la livraison du projet. « Le projet est à 74% dans sa globalité. Le taux d’avancement des travaux au niveau du tronçon El Kseur – village agricole a atteint les 65%, alors que celui du village agricole – Takerietz est estimé à 60% », a-t-il indiqué aux journalistes présents sur le site du chantier de Sidi Aïch. Par ailleurs, le membre du gouvernement a tenu à annoncer une bonne nouvelle pour les habitants d’Iftissen, dans la commune de Boudjellil, qui se plaignent de l’enclavement de leur localité. En effet, après avoir dégagé une enveloppe pour réaliser un ouvrage à titre temporaire afin de relier le village Iftissen à la RN 26, en enjambant l’oued Soummam, l’étude du projet pour réaliser un tel ouvrage d’art, à titre définitif, sera lancée incessamment, puisqu’une rallonge budgétaire a été allouée à cette opération, a affirmé M. Zaâlane. n