Le projet de réalisation d’un hôtel de sept étages par un investisseur privé, sur une assiette de terrain située à la cité des 600 logements, à Iheddadene, dans la ville de Béjaïa, vient de susciter un tollé au sein de la population locale.

Après la diffusion d’une déclaration exprimant leur opposition à ce projet, les membres de quatre associations locales, interpellent les pouvoirs publics à l’effet d’intervenir pour «faire appliquer les textes réglementaires en matière d’urbanisme et de construction».
Suite à quoi, le président de l’assemblée populaire de la wilaya de Béjaïa, Mehenni Haddadou, et les députés Chafaâ Bouaïche (FFS) et Zina Ikhlef (RPR), ont organisé, avant-hier, un meeting devant le siège de la wilaya pour exprimer leur soutien aux habitants du quartier d’Ihaddadene qui s’opposent à la réalisation de cette structure hôtelière.
Selon le parlementaire Chafaâ Bouaiche, le wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed, s’est engagé, lors d’une rencontre tenue le jour même, avec certains députés et élus de l’APW, en présence des représentants des associations d’Ihaddadene, à prendre en charge le problème.
«Le wali a promis de prendre en charge le problème, mais nous, pour notre part, nous continuerons à nous opposer à la réalisation d’un hôtel dans ce quartier», a affirmé le même parlementaire dans son intervention lors dudit rassemblement.
«Nous ne sommes pas contre les investissements, mais le tourisme c’est tout un climat qu’il faut créer», a soutenu
M. Bouaïche, tout en rappelant ironiquement qu’aucun élu, dont lui-même, ne connait le directeur du tourisme de Béjaïa. «Nous avons demandé de la transparence dans l’attribution des assiettes foncières dans le cadre du Calpiref», a-t-il affirmé, puisque selon lui, le terrain a été attribué dans ce cadre.
Notons que les opposants à ce projet s’en sont pris également à l’ancien wali de Béjaia, Hamou Ahmed Touhami, puisque l’assiette foncière a été cédée à cet investisseur privé à l’époque où ce dernier était à la tête de l’exécutif de la wilaya.
Ils ont rappelé que leur quartier qui ne dispose d’aucun équipement d’utilité publique, hormis un centre de santé pour des milliers de familles, a besoin de projets pouvant servir l’intérêt général.
Pour rappel, plusieurs projets attribués à des investisseurs privés dans le cadre du Calpiref à travers la wilaya, se sont heurtés à des oppositions citoyennes pour manque de transparence.
Le FFS, à travers ses parlementaires et ses élus à l’APW de Béjaïa, a toujours fait du dossier du foncier industriel et touristique son cheval de bataille.
Selon le président de l’APW, Mehenni Haddadou, le FFS de Béjaïa s’apprête à rendre public prochainement un autre «livre noir» qui dévoilera de nombreux scandales liés au trafic du foncier, dont des affaires en rapport avec le dossier du Calpiref.