Au cours d’une conférence de presse, tenue aujourd’hui, au siège de son organisme, sis à Ihadedden (Béjaïa), le directeur de la Caisse nationale d’assurance sociale (Cnas) de la wilaya de Béjaïa, Mohamed Saïd Hessas, met en garde contre « la mauvaise utilisation de la carte Chifa » et « le recours abusif à des arrêts de travail de complaisance ». La mise en garde émanant du premier responsable de la Cnas à Béjaïa, ne cible pas seulement les assurés sociaux, mais aussi les prestataires conventionnés avec la caisse d’assurance sociale.

Selon le conférencier, si les services de la Cnas de Béjaïa n’ont pu enregistrer aucun abus concernant l’usage de la carte Chifa, le recours à des arrêts de travail de complaisance est devenu, quant à lui, un phénomène inquiétant qui ne cesse de prendre ces derniers temps des proportions alarmantes.

L’orateur, entouré de ses proches collaborateurs, affirmera de prime abord que cette rencontre avec les représentants de la presse nationale est organisée dans le sillage des portes ouvertes qu’abrite son organisme du 17 au 26 du mois de juillet en cours. Des portes ouvertes qui s’inscrivent, explique-t-il, dans le cadre de la campagne d’information et de sensibilisation qu’organise la Cnas à l’échelle nationale, sur « l’utilisation non réglementaire de la carte Chifa » et « la lutte contre les arrêts de travail de complaisance ».

Pour M. Hessas, cette campagne de sensibilisation, placée sous le thème générique « la sécurité sociale est un droit acquis, préservons-le », vise à « rappeler, encore une fois, à nos assurés et nos partenaires, notamment les prestataires conventionnés, que l’usage de la carte Chifa est strictement personnel. Du coup, celle-ci ne doit en aucun cas être laissée à la disposition d’une tierce personne ».

Abordant la problématique liée aux risques d’utilisation frauduleuse de la carte Chifa, le premier responsable de la Cnas à Béjaïa indiquera que « bien que nous n’ayons enregistré pour le moment, aucun abus dans notre wilaya, mais notre tutelle a déjà mis pas moins de 2.970 cartes sur la liste noire, au niveau national ».

Après s’être félicité de la mise en service du système Carte Chifa qui, selon lui, constitue un acquis non moins important, M. Hessas se dit « optimiste » quant à l’amélioration et la modernisation des prestations fournies par la Cnas.

« Si l’accès aux soins est un droit fondamental consacré et garanti par la loi, il n’en demeure pas moins que son maintien dépend de la pérennité de notre système de sécurité sociale, dont la préservation reste l’affaire de tous et appelle à l’engagement responsable de tout un chacun de nous », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, le conférencier indiquera que le nombre de détenteurs de la carte Chifa dans la wilaya de Béjaïa s’élève à quelque 374.224, alors que celui d’officines (pharmacies) conventionnés avec la Cnas a atteint les 248. Néanmoins, il regrettera que « seul 46 médecins, dont trois praticiens spécialistes, ont signé des conventions avec la Cnas ».

En somme, beaucoup reste à faire dans le domaine de la sécurité sociale afin d’assurer une meilleure prise en charge aux assurés sociaux, notamment en matière d’assurance maladie. Un avis que partage d’ailleurs le conférencier.

C. A. M.