Le député du FLN, Driss Abderrahmane, a été installé, jeudi dernier, comme représentant régional du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) par la présidente de cette instance, Mme Benzerrouki Fafa Si-Lakhdar.

La cérémonie d’installation officielle a eu lieu au Théâtre régional Malek-Bouguermouh de Béjaïa en présence des autorités civiles et militaires de la wilaya ainsi que de la société civile. Dans son discours prononcé à cette occasion, Mme Benzerrouki a axé son intervention sur les missions et les objectifs assignés au CNDH, institutionnalisé à la faveur de la Constitution de 2016, pour les vulgariser auprès de son assistance tout en présentant la composition de son instance. Des missions et objectifs qui lui sont dévolus pour, principalement, la protection et la promotion des droits de l’Homme à travers le pays. «Le CNDH est indépendant financièrement et administrativement. Il est le conseiller du président de la République en matière des droits de l’Homme. D’où son rattachement à la présidence de la République», a souligné l’intervenante. L’oratrice fait savoir que le CNDH est composé de six commissions permanentes (commissions des droits politiques, des droits de l’enfant, des droits économiques et culturels, de la médiation…) et que leurs délégués sont élus par les membres des commissions en question. Des commissions permanentes, précise-t-elle, qui œuvrent à l’amélioration de l’image de l’Algérie dans son classement international en matière du respect et de la promotion des droits de l’Homme en présentant des rapports périodiques aux instances onusiennes des droits de l’Homme. Selon Mme Benzerrouki, les représentants régionaux du CNDH ont le droit de s’autosaisir ou de saisir le gouvernement et le Parlement sur toutes les questions relatives aux respects des droits de l’Homme et de faire aussi des propositions en la matière. Prenant la parole, Driss Abderrahmane, le représentant régional Centre, qui regroupe les wilayas d’Alger, Tizi-Ouzou, Béjaïa, Boumerdès, Tipasa, Bouira, s’est félicité du choix porté sur Béjaïa comme compétence territoriale du CNDH pour la région Centre. L’orateur reconnaît qu’un travail au quotidien pour la protection et la promotion des droits de l’Homme l’attend. «Nous avons pour la première fois une existence constitutionnelle. C’est vous dire que notre pays a beaucoup avancé dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’Homme. Nous avons des prérogatives élargies et je souhaite travailler en collaboration avec la société civile et les autorités», a-t-il conclu sous les ovations de l’assistance.