Le phénomène du suicide ne cesse de prendre des proportions alarmantes en Kabylie. En effet, la wilaya de Béjaïa, à elle seule, vient d’enregistrer deux cas de suicide en moins d’une semaine.

Pas plus tard qu’avant-hier matin, une jeune femme d’une trentaine d’années, mère de trois enfants en bas âge, s’est donnée la mort par pendaison dans son domicile familial, au village Aït Boudjala, dans la commune rurale de Beni Maouche, a-t-on appris de source locale. A noter que ce drame n’a pas seulement endeuillé une famille, mais a plongé toute la population locale dans un climat de choc et de consternation, d’autant que la victime ne souffrait d’aucune déficience mentale ou autre pathologie handicapante, a précisé notre source.
Par ailleurs, dans la commune côtière de Tichy, un jeune homme de 35 ans, célibataire, a été retrouvé pendu à un arbre, à deux kilomètres de son domicile, situé au village de Tizi Ahmed.
Le défunt, Nadir A., était ingénieur de formation et travaillait depuis 18 mois au service de l’audiovisuel de l’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa. La disparition tragique de ce dernier a choqué plus d’un, aussi bien dans son village natal qu’au sein de la communauté universitaire de Béjaïa qui garde de lui, un homme sage et dévoué. Rien ne présageait, d’ailleurs, que le jeune Nadir allait commettre un tel acte, lui qui venait d’être titularisé dans son poste de travail auquel il se donnait avec beaucoup de sérieux et d’abnégation.