Des habitants de la localité d’Adekar, dans la wilaya de Béjaïa, ont procédé, dimanche dernier, à la fermeture de la Route nationale n°12 reliant Béjaïa et Tizi Ouzou, ainsi que les sièges de l’APC et de la daïra, en signe de protestation contre le blocage de l’Assemblée populaire communale (APC) depuis les dernières élections locales du 23 novembre 2017.

Appuyés par les élus de l’opposition de l’APC d’Adekar, les protestataires exigent la dissolution de l’actuelle assemblée et l’organisation d’une élection partielle, conformément aux textes de lois en vigueur. « Nous appelons les autorités compétentes à appliquer la réglementation, notamment le code communal qui prévoit en pareil cas l’organisation d’un scrutin partiel devant permettre l’élection d’une nouvelle assemblée et mettre ainsi fin à la situation de blocage que vit notre APC depuis son installation le 6 décembre 2017 », nous explique au téléphone un jeune manifestant d’Adekar. Notre interlocuteur déplore, en outre, que la population locale se voit contrainte de recourir à ce genre d’actions radicales pour faire réagir les pouvoirs publics en prenant en considération leurs doléances. « Nous avons saisi par écrit toutes les autorités concernées, y compris le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, en vue d’intervenir pour faire appliquer les lois de la République, malheureusement, aucune suite ne nous a été donnée à ce jour ! », s’est-il indigné. A noter que le président de l’APW de Béjaïa, Mehenni Haddadou, qui s’est rendu sur les lieux de la protestation pour rencontrer ces citoyens en colère, a finalement réussi à les convaincre de libérer la chaussée à la grande satisfaction des usagers de la RN12 qui étaient déjà bloqués dans les deux sens de la route. Une fois la route dégagée, M. Haddadou a invité les protestataires à désigner une délégation devant partir prendre langue avec le wali par intérim. C’est ainsi, qu’une réunion entre le wali intérimaire, Toufik Mezhoud, et les représentants des citoyens d’Adekar, s’est tenue, dans l’après-midi, au siège de la wilaya en présence du P/APW, du chef de daïra d’Adekar et l’ensemble des élus locaux. On apprend que certains élus d’opposition sont allés jusqu’à demander au premier responsable de la wilaya de diligenter une commission d’enquête sur la gestion du P/APC d’Adekar pendant son premier mandat électif (2012 – 2017). Pour rappel, l’APC d’Adekar est gérée par le jeune P/APC d’obédience RCD, Samir Belaïd, depuis 2012, lequel s’est fait réélire au scrutin du 23 novembre 2017, en remportant une majorité relative de voix. Faute de consensus entre les différentes tendances politiques siégeant au sein de cette Assemblée, l’APC d’Adekar se trouve bloquée depuis plus de quatre mois.