Pas moins de 80 hectares de couvert végétal ont brûlé dans la nuit du dimanche à lundi dans la wilaya de Bejaia, dont les foyers d’incendie simultanés n’ont épargné aucune espèce, indique un communiqué de la protection civile.
Au total 31 feux ont été déplorés durant un laps de temps, affectant les essences forestières et les arbres fruitiers, notamment les oliviers, ainsi que celles courantes dont les maquis et la broussaille, y est-t-il précisé.
Le même communiqué souligne que ces foyers d’incendies ont été répertoriés sur l’ensemble du territoire de la wilaya, autant à l’Est (Tichy, Aokas, Souk-El-Tenine, Draa-El-Gaid) et l’ouest (Sakket, Boulimat) qu’au sud, notamment le massif de Moka (Ighil Ali).
Les causes de ces incendies, exceptionnels en cette période humide de l’année et survenus à des heures tardives de la nuit, n’ont pas été précisés.
Il reste cependant que la météo a été un facteur favorable et accablant, marquée par le soufflement, à partir de l’après-midi du dimanche, de vents très forts et l’apparition, d’un climat à effet de serre, une conjonction de chaleur et de grisaille qui, a priori, a facilité la progression des flammes, a-t-on expliqué.
Lundi matin tous les feux ont été éteints, a-t-on ajouté.

Deux pêcheurs d’El-Maghra perdus en mer
Sur un autre plan, deux pêcheurs amateurs se sont perdus en mer dimanche soir après s’être aventurés à bord de leur barque pour retirer leurs filets jetés dans l’eau quelques heures plutôt, apprend-on lundi auprès de la protection civile.
Les deux pêcheurs «étaient montés à bord de leur barque et s’affairaient à faire rentrer leurs filets», raconte un de leur cousin (les deux disparus ayant un lien de parenté), affirmant que depuis ils n’ont pas donné signe de vie.
«J’espère que leur embarcation ne s’est pas retournée», ajoute-t-il craignant le pire, car au moment de leur disparition, la mer était dans une forte situation de houle et un vent violent soufflait sur la région.
Sitôt l’alerte donnée, des recherches menées conjointement par les gardes côtes et la protection civile ont été engagées. Durant toute la soirée, toute la côte jusqu’à Jijel a été quadrillée, soutient-on.
Hier matin, les recherches, arrêtées durant la nuit, ont repris de plus belle avec l’appui de citoyens bénévoles.
Les deux pêcheurs, un âgé de 37 ans, enseignant de son état et père de deux filles, l’autre de 35 ans, célibataire et sur le point de convoler en justes noces, ont des liens de cousinage entre eux et résident tous deux à El-Maghra, dans la commune de Boukhlifa à 12 km à l’est de Béjaïa.