Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, M. Noureddine Bedoui, a mis en garde quant à la «politisation du dossier de tamazight». Intervenant, lors d’une séance plénière de l’Assemblée nationale consacrée aux questions orales, le ministre a fermement expliqué que «la pluralité linguistique est une ligne rouge et que le dossier de tamazight ne doit aucunement être politisé».

En réponse à un député qui s’est opposé à l’émission d’un communiqué officiel sur la saison d’El hadj en langue amazighe mais écrit en latin, le ministre a expliqué qu’il ne faut pas se focaliser sur le côté technique de la question mais sur cette dimension identitaire consacrée à travers l’officialisation de la langue amazighe sur décision du président de la République. Sur le choix des caractères latins pour son premier communiqué en tamazight concernant le Hadj 2018, le premier responsable du secteur de l’intérieur fait savoir que l’orientation du ministère vers la consolidation de la communication en cette langue s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des instructions du président de la République. «Cette opération a été suivie par d’autres publications officielles en tamazight où les caractères arabes et tifinagh avaient été utilisés et nous avons donné des instructions aux autorités locales pour la mise à jour des enseignes des sièges officiels des établissements et institutions administratives en tamazight aux côtés de la langue arabe», a fait savoir M. Bedoui. Le ministre a rappelé que l’initiative de son département portant publication de ce communiqué en tamazight intervenait dans le cadre de la dynamique qu’a connue l’Algérie cette année en faveur de la dimension amazighe de l’identité nationale, en consécration des valeurs constitutionnelles introduites par le président Abdelaziz Bouteflika visant à renforcer l’unité et la stabilité.  Selon lui, il faut laisser la question de la transcription aux «spécialistes». «L’académie berbère est la seule habilitée à déterminer en quels caractères sera transcrite tamazight. la dimension berbère ne doit pas être réduite à la seule dimension technique», a-t-il lancé aux députés. Bedoui a fait remarquer, cependant, que certaines parties veulent utiliser cette question identitaire pour déstabiliser l’union  du pays. « Ce qui ne sera jamais toléré » a-t-il martelé. Il a rappelé que le pays à réussi à éteindre le feu de la fitna grâce justement à la préservation de ses composantes identitaires, ce qui s’est traduit dans les amendements constitutionnels de 2002 et 2016. C’est un saut inédit a souligné le ministre, expliquant que de nombreux communiqués ont été publiés en langue amazighe et dans plusieurs langues dans le seul but de servir le citoyen. Il annoncera l’élaboration en cours d’un avant-projet de loi inhérent à tamazight et que le texte de loi en rapport avec la création de l’académie berbère sera présenté sous peu en Conseil des ministres.