Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, s’est rendu hier à Bechar. Le premier responsable du sport algérien a été accueilli par le wali de Bechar, qui était accompagné des responsables et élus locaux. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a profité de sa présence pour se rendre à la commune de Timoudi (370 km au sud de Bechar), une zone de l’ombre, dans le but de s’enquérir de la situation des infrastructures relevant de son secteur. Au niveau de cette ville du grand sud du pays, les citoyens ont exposé leurs doléances, au représentant du gouvernement, lors de sa visite au complexe sportif de proximité de cette ville. Selon un représentant de la société civile, les habitants de cette commune sont marginalisés et vivent le calvaire, due au chômage et à la pauvreté. Il a ajouté que les infrastructures sportives existent, mais l’équipement et l’encadrement de ses structures font défaut. La délégation ministérielle s’est rendue ensuite au site abritant le projet de réalisation de la piscine olympique, du chef-lieu de wilaya, où elle s’est enquis de l’état d’avancement des travaux de cette importante infrastructure sportive. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a été émerveillé par cette piscine olympique, dont les travaux ont débuté il y a plus de 8 ans et dont le taux d’avancement est estimé à 95%. Lors d’un point de presse organisé par ce responsable au niveau de la daïra de Lahmar, où il a visité le complexe sportif de proximité et la maison de jeunes, le premier responsable du secteur de la jeunesse et des sports a déclaré qu’il va essayer de trouver une solution au problème d’encadrement des différentes structures relevant de son secteur. Il est à noter que durant ces dernières années, le secteur de la jeunesse et des sports a bénéficié de plusieurs opérations structurantes inscrites au titre des différents programmes de développement (piscines, stades en gazon, des auberges de jeunes, des camps de jeunes), mais malheureusement la majorité de ces structures sont restées sans activités à cause du manque d’équipements et d’encadrement.R. R.