La ville de Béchar enregistre un retard important dans le traitement des dossiers des constructions illicites. Le tissu urbain de la capitale de la Saoura est gravement dénaturé et le développement rapide et anarchique des quartiers ne répond à aucune norme urbanistique ni architecturale.

Même le centre-ville n’a pas été épargné. Dans ces endroits, des citoyens profitent de l’absence ou du départ en congé des responsables locaux, pour accaparer des terrains ou des surfaces devant leur domicile, pour en faire un garage privé, rendant l’espace plus étroit, comme le cas de plusieurs quartiers du centre ville. D’autres personnes construisent sans permis en s’appropriant les trottoirs et les arcades et, dans certains cas, les transforment en terrasses de café ou en garages, obligeant les piétons à utiliser la chaussée. Dans cette ville du Sud, des extensions anarchiques, des baraques et des garages ont été construits en violation des règles d’urbanisme au niveau des cités Castor, Debdaba, Béchar Djedid et Zone bleue. Alors que des citoyens nous ont déclaré avoirdes d’autorisations d’extension ou d’alignement : des bagarres entre voisins ont éclaté dans plusieurs cités de cette ville. Les Bécharis que nous avons contactés condamnent énergiquement la passivité des services concernés et souhaitent que des décisions fermes soient prises à l’encontre des responsables de cette situation, qui perdure au su et au vu de tout le monde