Les habitants des 1500 logements relevant du programme de l’Agence nationale de développement du logement (AADL) ont organisé ces derniers jours un sit-in au niveau de leur cité, pour protester contre le manque d’eau potable, qui dure depuis plus de dix jours. Lors de ce regroupement, ces citoyens nous ont déclaré que des requêtes ont été adressées aux autorités locales, des actions ont été organisées, dont la fermeture de la route et des rencontres avec certains responsables, mais sans que des solutions soient dégagées, pour améliorer le cadre de vie des citoyens. Dans cette cité enclavée, qui est dépourvue de magasins, le transport fait défaut, surtout en fin de semaine. Selon ces habitants les pavillons E, F et N, qui accusent un retard dans l’approvisionnement en gaz sont toujours sans centre de santé. Aussi, les souscripteurs des 750 unités restantes qui exigent la remise des clés de leurs logements, attendent avec impatience l’intervention des responsables locaux, pour qu’ils mettent fin à leur calvaire, qui n’a que trop duré.
Pour terminer, ces citoyens qui ont souffert pour payer leurs logements réclament l’ouverture d’une Sûreté urbaine, pour assurer la sécurité des biens et des personnes de leur cité.R. R.