Après que l’énorme tollé suscité par l’affaire de la semoule chez les avocats de Constantine (lire l’article de « Reporters »: « Quand les avocats se partagent la semoule« ), voilà que l’histoire prend une autre tournure. Il n’est plus question de distribution de denrée alimentaire de base, mais de propager une forme de censure digitale. Dans une note (voir en dessous), signée par le bâtonnier de Constantine, il est exigé aux avocats de « fermer obligatoirement tous les groupes de discussion créées sur les réseaux sociaux« . Celui qui n’obtempéra pas à cet « injonction » sera « convoqué devant la commission de discipline » précise la même source. A la fin du texte, il est mentionné que les concernés sont les administrateurs des groupes de discussions « et également les participants ».

Cette réaction a, sans aucun doute, comme objectif, d’empêcher les membres du bâtonnat de Constantine de « divulguer » les activités internes. Ainsi, la médiatisation de la distribution de la semoule effectuée le week-end dernier (voir image en haut) semble n’avoir pas été digérée par le bâtonnier. Il espère surement que les prochaines « actions » se fassent en catimini. Affaire à suivre.