La cinémathèque «Aurès» de Batna, implantée au centre-ville, a été rouverte, dans la soirée de mardi à mercredi, en abritant la projection de courts-métrages du Festival international d’Imedghassen, et ce, après avoir fait l’objet d’une opération de réhabilitation d’envergure.
S’exprimant en marge du coup d’envoi du Festival, le directeur du Centre algérien de la cinématographie, Salim Aggar, a précisé à l’APS que lors de la visite de la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, il y a environ trois mois dans la wilaya de Batna pour inaugurer cette structure, des «instructions avaient été données en vue de sa réouverture au public à l’occasion du lancement de la première édition du Festival du court-métrage d’Imedghassen».
Selon la même source, en programmant les premières projections de films de cette manifestation culturelle dans la cinémathèque de Batna, après sa restauration, est de «bonne augure» pour cette infrastructure culturelle.
«La salle de la cinémathèque Aurès abritera plusieurs activités de clubs de cinéma, des courts métrages ainsi que d’autres événements en rapport avec le septième art», a souligné M. Aggar qui a estimé que la forte affluence du public dans cette salle, durant la soirée inaugurale, «traduit l’intérêt que porte le public et les jeunes de la ville au cinéma».
De son côté, le directeur de la cinémathèque Aurès, Saber Bouzid, a déclaré que la projection des films du Festival international d’Imedghassen dans cette salle est considérée comme un baptême de feu pour cette structure, fermée depuis plus de 20 ans, faisant savoir qu’un riche programme destiné aux amateurs du septième art sera annoncé sur la page officielle de la cinémathèque sur les réseaux sociaux.
Pour rappel, la salle de cinéma Aurès, datant de l’époque coloniale et restée en activité après l’indépendance, a été fermée dans les années 1980 avant de faire l’objet d’une importante opération de réhabilitation.