La petite commune de Taxlent, dans la daïra Ouled Si Slimane, à plus de 70 km au nord-est du chef-lieu de wilaya de Batna, connaît, depuis avant-hier, des troubles à la limite du soulèvement populaire suite au décès du jeune Soltane, âgé de 26 ans, après sa libération par la gendarmerie qui l’avait préalablement interpellé. En effet, le jeune homme avait été conduit à la gendarmerie de la commune et remis en liberté quelque temps après.

Des attroupements ont eu lieu, hier, dans toute la commune. Des citoyens, et plus particulièrement des jeunes et la famille du proche, ont exigé des explications sur le décès du jeune homme, sachant que ce dernier avait accusé les gendarmes de l’avoir torturé et de lui avoir fait subir des sévices.
Tôt dans la matinée, les manifestations et attroupements ont repris, barrant toutes les sorties et entrées de la ville, en plus des jets de pierre et autres objets sur le siège
de la gendarmerie, sans qu’il n’y ait de riposte.
Les manifestants et la famille du défunt exigeaient des explications et des réponses quant à la mort de leur proche, par la pratique d’une autopsie. Ils ont été convoqués par le tribunal de Merouana où ils ont pu avoir une copie de l’autopsie du défunt pratiquée par un médecin légiste qui écarte totalement l’hypothèse d’une mort suite à une quelconque torture, mais plutôt la prise en surdosage de médicaments nocifs, qui ont provoqué un arrêt cardiaque chez la victime.
Le rapport du médecin légiste a été lu en public au centre du village de Taxlent. Et si cette démarche n’a pas totalement calmé les esprits, elle a quand même évité le pire. La famille et les proches du jeune Soltane comptent faire appel au service d’un avocat, car ils considèrent que le défunt ne souffrait d’aucune maladie et ne prenait, selon eux, aucun traitement ni médicament. Affaire à suivre.n