Enseignants, professeurs, docteurs, étudiants, futurs vétérinaires, de différentes années se sont donné rendez-vous à l’auditorium de l’Institut des sciences islamiques pour une troisième Journée scientifique où trois thèmes, et des plus importants, ont été exposés et débattus par la famille des vétérinaires.

Par ordre de thèmes et d’interventions, « La médecine vétérinaire entre défis et perspectives », par le docteur Benseghir Nadhir, « Les pathologies émergentes de la faune sauvage » par la professeure Aït Ouadia à l’Ecole nationale des sciences vétérinaires (ENSV – El Harrach, Alger), et enfin, « Traitement alternatif en médecine vétérinaire » par le professeur Khellaf Djamel, à l’ENSV (Alger).
Présents en force, aussi bien les jeunes étudiants que leurs camarades des 4e et 5e années de l’Institut des sciences vétérinaires et sciences agronomiques attestent que les rencontres de ce genre sont aussi importantes, voire plus importantes que les cours reçus dans les amphithéâtres et salles de classe. « L’expérience des conférenciers, docteurs, professeurs et autres vaut plusieurs cours qui risquent de rester au fond d’un cartable », nous dit une étudiante.
En effet, lors des différentes interventions, les informations collectées et données dans les différents domaines et sciences jouissent de leur caractère actuel scientifique et surtout du fait que les conférenciers se réfèrent à des expériences réalisées sur terrain et non pas à des théories, sans contacts avec la réalité que connaît le monde dans les domaines vétérinaire, expériences, recherches, vaccins, découvertes, nouvelles maladies, nouveaux remèdes, etc.
L’un des principaux animateurs et initiateurs de cette rencontre, le professeur Melizi Mohamed, directeur de l’Institut des sciences vétérinaires et des sciences agronomiques de l’université de Batna, nous fournit d’amplé informations sur ces rencontres.
«Nous avons initié et pérenniser ce rendez-vous pour sortir de la léthargie de l’enseignement classique. Nous nous rencontrons autour d’un thème tous les premiers samedi du mois, pour une journée scientifique. La thématique de chaque journée est définie en concertation avec les futurs docteurs vétérinaires afin de les préparer à la vie active et professionnelle dans leur domaine, c’est-à-dire, agrovétérinaire. C’est à la demande des services de la Conservation des forêts que nous avons fait appel aux spécialistes, à l’exemple du professeur Aït Ouadia, pour nous parler de la faune sauvage, dont elle est spécialiste.
Comme la grippe aviaire est un sujet d’actualité, son intervention porte sur ce sujet », dit-il.
Nous apprenons que les prochaines journées seront consacrées à un thème qui traite de l’antibiorésistance, les services des maladies infectieuses du CHU de Batna seront mis à contribution.
Selon les propos d’Ayoub Sedrat, 5e année vétérinaire, représentant des étudiants, les étudiants espèrent faire autant de pratiques que de théorie et la réussite de ces journées et un autre élément positif pour leur pérennisation.