Une enveloppe financière de l’ordre de 150 millions de dinars a été mobilisée pour la réhabilitation du réseau d’approvisionnement en eau potable (AEP) de la ville de Barika (Batna), a-t-on appris lundi auprès de la direction des ressources en eau. Ce projet, qui sera «prochainement» lancé après installation de la base de vie de l’entreprise chargée de sa réalisation, revêt un caractère « important » pour cette collectivité locale qui enregistre une détérioration de son réseau d’AEP, provoquant des pertes d’importantes quantités de cette matière vitale, a indiqué le directeur des ressources en eau, Abdelkarim Chebri. La réhabilitation du réseau d’AEP de la ville de Barika, qui s’étend sur plus de 150 km, s’effectuera «progressivement jusqu’à son entière rénovation», a-t-il dit, notant qu’une demande a été adressée à la tutelle pour solliciter la réhabilitation partielle de ce réseau durant l’année 2020. Dans le souci d’améliorer le service public dans son volet alimentation en eau potable, la ville de Barika a bénéficié, au titre de l’année en cours, d’un projet de réalisation de trois châteaux d’eau pour un montant de 250 millions de dinars, a-t-on noté, soulignant que la capacité de chaque réservoir est de l’ordre de 1 000 m3, selon la même source. Cette collectivité locale a enregistré « une amélioration notable » en matière d’exploitation des ressources en eau comparativement aux années précédentes, notamment après la restructuration du système de distribution à travers les différentes cités, a fait savoir M. Chebri, faisant état de l’approvisionnement en eau en H24 dans plusieurs quartiers de cette ville. Sur les trois forages que compte la commune de Barika, deux d’entre eux sont en cours de réhabilitation, a relevé M. Chebri, affirmant que ces ouvrages hydrauliques, d’une capacité de pompage estimée entre 8 et 11 litres/seconde, seront mis en exploitation « avant la fin de la première moitié du mois de Ramadhan ». La quantité d’eau approvisionnant quotidiennement la ville de Barika (85 km à l’Ouest de Batna) à partir du barrage de Koudiat Medouar (commune de Timgad) est évaluée à
14 000 m3, a souligné le directeur des ressources en eau, assurant que la quantité d’eau réservée à cette commune, en sus de celle des puits profonds, « répond aux besoins de cette collectivité locale, notamment dans le cas de l’adoption d’une stratégie fondée sur son exploitation rationnelle ».