Le parquet général de la Cour d’Alger a ordonné le 24 au soir l’ouverture d’une instruction préliminaire sur les circonstances du glissement de terrain sous la falaise adjacente à la station de bus de Bir Mourad Rais, sur laquelle est bâtie une promotion immobilière (Hydra), indique un communiqué.

“Suite aux informations qui nous sont parvenues des services de police judiciaire relevant de la compétence du parquet de la République près le tribunal de Bir Mourad Rais, et aux informations relayées par certains médias et sur les réseaux sociaux concernant le glissement de terrain sous la falaise adjacente à la station de bus de Bir Mourad Rais, sur laquelle est bâtie une promotion immobilière (Hydra), le parquet général porte à la connaissance de l’opinion publique, conformément aux dispositions de l’article 11 du Code de procédure pénal, que le parquet de la République compétent a ordonné l’ouverture d’une instruction préliminaire sur les faits”, lit-on dans le communiqué.

“L’opinion publique sera tenue informée des résultats de l’enquête à temps”, précise la même source.

Pour rappel, dans la soirée du 16 novembre, un effondrement rocheux d’une falaise a eu lieu au niveau de la station de transport des voyageurs de Bir-Mourad Rais. Cette falaise est surmontée d’une construction en cours de réalisation, de sept étages en surface et de quatre à cinq étages en sous-sol.

Suite à cet incident, les services de la wilaya d’Alger ont procédé à la fermeture provisoire de la station de transports de voyageurs de Bir Mourad Raïs, par souci de protéger les citoyens. L’arrêt des bus a été transféré à la rue adjacente avec interdiction aux autres véhicules d’emprunter cette voie et la mise en double sens de la route parallèle menant vers l’Avenue Mohamedi.

En attente d’expertise

Selon le directeur des travaux publiques de la wilaya d’Alger, Abderrahmane Rahmani, « La falaise est loin de la route. Il n y a pas vraiment un risque imminent. Nous attendons les solutions techniques qui seront dégagées par une équipe spécialisée après le diagnostic qui est en cours d’établissement. » 

Le délégué national aux risques majeurs au ministère de l’Intérieur, Hamid Afra souligne, quant à lui, le danger que représente cette construction. En plus de la forte saturation du sol, explique-t-il, « tous les facteurs aggravants sont réunis pour déclencher un glissement de terrain».

Le responsable explique, cependant, que seuls les résultats de l’expertise définiront la démarche à suivre. L’expertise de la bâtisse de Bir Mourad Raïs, selon lui, « va déterminer le degré de vulnérabilité de ces constructions, pour décider soit de leur évacuation immédiate, soit de leur démolition, ou de leur renforcement».

En attendant le verdict de l’expertise, les riverains appréhendant le retour annoncé des pluies et leurs probables répercussions sur cette falaise déstabilisée.