Le bilan des activités de la Caisse nationale des congés payés et du chômage-intempéries des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (CACOBATPH) a été présenté hier par son Directeur général, Abdelmadjid Chekakri, l’invité du Forum El Moudjahid.

D’emblée, le premier responsable de la CACOBATPH a indiqué que « la Caisse est en bonne santé financière », à tel point que « ses fonds permettent de pérenniser ses activités durant les quinze prochaines années sans difficulté ». Pour étayer cette aisance financière, il a indiqué que la CACOBATHP a même participé à l’emprunt obligataire national pour la croissance économique, avec un « placement de 3,18 milliards de dinars », a-t-il révélé ; mais il s’était montré peu loquace lorsqu’il a été questionné sur les recettes et les dépenses de la Caisse durant 2016. Il s’est contenté de revenir sur sa solidité, citant le chiffre de 35 milliards dont elle dispose actuellement. « Vous pouvez dire que la sommes de 35 milliards de dinars représente les recettes de la Caisse », s’est-t-il limité à dire à ce propos, rappelant que son organisme indemnise les congés payés à hauteur de 75% du salaire soumis à l’impôt. En 2016, quelque 1,162 million de salariés du secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique étaient concernés.
Un chiffre en croissance de 5% par rapport à 2015. S’agissant du fichier des adhérents, le conférencier a avancé le chiffre de 65 000 entreprises dont le personnel est affilié à la Caisse qui compte, à ce jour, 41 agences au niveau national, dont 9 agences régionales. En matière d’indemnisations suite aux dernières intempéries enregistrées dans le pays, M. Chekakri a révélé que « le montant des indemnisations, depuis début 2017, s’élève à environ 300 milliards de centimes », répartis entre 200 000 employés issus de 10 000 entreprises, sachant que 66% des indemnités sont liées à la pluie et 33% à la neige. Questionné sur la régularisation des entreprises vis-à-vis de la Caisse après la promulgation de la LF 2015, M. Chekakri considère que les conséquences de ladite loi ont été bénéfiques. Dans ce sens, la Caisse d’assurance a effacé près de 1,43 milliard de dinars de pénalités aux entreprises, alors que la LF lui a permis de recouvrer 2,7 milliards de dinars. En plus du bilan chiffré dévoilé lors de cette rencontre, le Directeur général de la CACOBATPH a annoncé une nouvelle mesure. La Caisse est désormais engagée à « indemniser les arrêts de travail des employés lorsqu’une hausse de température est enregistrée ». Jusque-là, cette indemnité était appliquée uniquement aux régions du sud du pays connues pour leurs températures caniculaires durant lesquelles les chantiers se mettent à l’arrêt. Avec cet aléa, la CACOBATPH paye dorénavant les congés aux travailleurs lorsque les conditions climatiques sont marquées par d’importantes chutes de pluie, de neige et, maintenant, lorsqu’une canicule est déclarée dans la région du sud du pays et des Hauts-Plateaux.