Le Jazz mène toujours la danse en NBA. La franchise de l’Utah, vainqueur de Miami dans la nuit de samedi à dimanche, a signé sa 18e victoire en 19 matches. De son côté, Kevin Durant a signé un retour victorieux dans la baie de San Francisco avec Brooklyn, en battant les Warriors de Stephen Curry.

UTAH TOUT LÀ-HAUT
La veille, après s’y être incliné avec ses Bucks, Giannis Antetokounmpo affirmait que Utah était actuellement la meilleure équipe de l’Ouest. Moins de 24 heures plus tard, Miami l’a vérifié, battu par le leader du championnat (112-94). Le Heat a encaissé un terrible 16-0 à l’entame du 3e quart-temps, finalement remporté 31-16, par le Jazz qui a fait l’effet d’un rouleau-compresseur dans le
L’adresse n’a pourtant pas été folle, notamment à trois points (12/43) de la part des joueurs de Salt Lake City, mais leur capacité à élever leur niveau de jeu à tout moment a fait la différence, à l’image de Rudy Gobert, auteur de 7 de ses 16 points en une minute, dans le dernier quart-temps. Le Français a aussi été dissuasif en défense (12 rbds, 3 contres). Miami (9e à l’Est), qui restait pourtant sur quatre victoires, n’a ainsi pas tenu la distance, à l’image de Jimmy Butler (15 pts, 8 rbds, 5 passes).

NETS ET SANS BAVURE
Solide performance de Brooklyn, très efficace offensivement (54,3% de réussite aux tirs) et enfin sérieux en défense, récompensé d’un deuxième succès consécutif aux dépens de Golden State (134-117). Collectivement, la performance a été remarquable, six joueurs marquant entre 14 et 23 points. Pour son retour en Californie, où il a remporté deux bagues de champion (1997, 1998), Kevin Durant, qui venait de manquer trois matches (quarantaine préventive), a réussi 20 points (6 passes).
«Ça fait du bien de revenir, de revoir tout le monde. J’ai adoré le temps passé ici à jouer avec cette équipe», a commenté «KD», surtout satisfait du rendement des Nets, 3e à l’Est. «On a bien fait tourner le ballon, on a réussi 35 passes, perdu 13 balles seulement… Si on fait ça chaque soir, on sera en bonne position de gagner», a-t-il souligné.
Les deux autres membres du «Big 3» n’ont pas été en reste: James Harden a tutoyé le triple-double (19 pts, 15 passes, 8 rbds) et Kyrie Irving a mis 23 points. Mais c’est l’état d’esprit qui est à souligner, notamment dans les tâches défensives (9 interceptions), grand chantier des Nets. Résultat, s’il a inscrit 27 points sans démériter, Stephen Curry n’a pas eu la liberté de shooter comme il le voulait, en témoigne son 2/9 derrière l’arc. De cette zone, ce sont d’ailleurs tous les Warriors qui ont failli (26,5%).

BOOKER IRRADIE AUX SUNS
Phoenix va très bien et le doit beaucoup à Devin Booker: ses 36 points ont largement contribué à la victoire contre Philadelphie (120-111), la 5e de rang pour la franchise de l’Arizona, solidement ancrée à la 4e place à l’Ouest.
L’arrière a pris chaud dans le 3e quart-temps, en inscrivant 16 points qui ont placé les Suns en tête. Après quoi, dans le money-time, il a entré un tir du logo, à savoir du milieu du parquet, qui a tué tout suspense. Chris Paul (18 pts, 10 passes) et Dario Saric, absent pendant un mois après avoir contracté le Covid (15 pts, 4 interceptions), ont aussi fait leur part.
Côté Sixers, les 35 points (8 rbds) de Joel Embiid, encore impressionnant, n’y ont rien fait. Et le coach Doc Rivers pointait surtout le manque d’apport des remplaçants (10 pts contre 49 chez les Suns). «Le banc n’a pas toujours été mauvais cette année, mais il l’est depuis quelques matches. Il faut être meilleur en attaque, et si vous êtes mauvais en attaque, vous devez être excellent en défense. Or en ce moment ce banc est mauvais des deux côtés», a-t-il pesté. Philly tentera de bien boucler son road-trip lundi chez l’Utah Jazz, entre leaders de conférences. <

UFC/Kamaru Usman veut Jorge Masvidal : «je vais te finir!»
Vainqueur de Gilbert Burns par TKO en trois rounds, Kamaru Usman pense déjà à la suite, et à une revanche face à Jorge Masvidal. En juillet dernier, Kamaru Usman s’imposait par décision unanime contre Jorge Masvidal. Ayant pris le combat avec un préavis de 6 jours seulement, le challenger n’était pas dans une forme physique optimale pour son premier title-shot. Immédiatement après son impressionnante victoire de l’UFC 258 contre Gilbert Burns, Usman a appelé à une revanche. «La seule raison pour laquelle ce mec a pris le combat, c’est parce qu’il avait 6 jours de préavis et une excuse toute faite. Et pourtant, il parle toujours, à dire qu’il a cassé mon nez avec 6 jours de préparation ; dire qu’il fera quelque chose de plus avec 3 semaines de préparation. Ce n’est pas terminé. Je t’accorde un camp d’entraînement complet et je te garantis que tu ne vas pas signer le contrat ; parce que cette fois, je vais te finir. N’importe lequel de ces tocards peut prendre le tarif. Mais s’il continue à parler, qu’il vienne dans la cage pour me voir», a lâché Kamaru Usman. L’UFC 251 Usman vs. Masvidal avait généré 1.3 million de ventes en pay-per-views en juillet dernier. L’élément financier est donc un déterminant important concernant cette revanche souhaitée. En effet, le champion reçoit des bonus liés aux performances du pay-per-view…