« Nous sommes ceux qui se font tuer. Nous sommes ceux qui se font tirer dessus », a martelé, extrêmement ému et indigné, l’entraîneur des Los Angeles Clippers Doc Rivers, en référence aux tirs policiers sur Jacob Blake, grièvement blessé dimanche dans le Wisconsin.
« Cette situation est tellement triste. Quand on voit la convention républicaine, toute cette peur. Tout ce que vous entendez, c’est Donald Trump et tous les autres parler de peur », a déploré Rivers en conférence de presse d’après-match, remporté par son équipe contre Dallas mardi soir à Orlando (Floride). « Mais nous sommes ceux qui se font tuer. Nous sommes ceux qui se font tirer dessus. Nous sommes ceux à qui on refuse de vivre dans certaines communautés. Nous avons été pendus. Nous avons été abattus. Et tout ce qu’on continue d’entendre parler, c’est de peur ?! », s’est-il insurgé, la gorge nouée.
« C’est incroyable de voir à quel point nous continuons à aimer ce pays, et à quel point ce pays ne nous aime pas en retour. C’est vraiment triste. Ma couleur de peau se rappelle à moi si souvent… Nous devons faire mieux. Mais nous devons exiger mieux », a-t-il appelé. « La formation doit changer dans la police. Mon père était un flic. Je crois aux bons flics. Nous essayons de faire en sorte qu’ils nous protègent, comme ils doivent le faire pour tout un chacun », a poursuivi Doc Rivers.
James et Mitchell s’insurgent aussi
Dimanche, Jacob Blake, un Afro-américain de 29 ans, a été grièvement blessé lors de son interpellation et probablement paralysé à vie. La scène a été filmée, on y entend sept coups de feu tirés atteignant ce père de famille dans le dos. Dans la foulée de sa diffusion, de nombreux joueurs, LeBron James et Donovan Mitchell notamment, ont exprimé leur colère et émotion face à cette tragédie, alors que la NBA ne cesse de promouvoir la lutte contre l’injustice raciale depuis la reprise de la saison dans la bulle de Disney World.
« Si vous regardez cette vidéo, vous n’avez pas besoin d’être noir pour être indigné. Tout Américain doit l’être. Comment les républicains osent parler de peur. Nous sommes ceux qui doivent avoir peur. C’est nous qui devons parler chaque à chacun de nos enfants noirs. Quel père blanc doit dire à son fils d’être prudent s’il se fait arrêter ? », a encore interrogé Rivers. Et de conclure: « C’est juste ridicule et ça continue. Tout ce que nous demandons, c’est que vous respectiez la Constitution. C’est tout ce que nous demandons, pour tout le monde ».