La belle soirée des Bulls face aux Cavs, la qualification précoce des Warriors, le tir de la gagne de Carmelo Anthony… La nuit de samedi à dimanche a été, comme toujours, animée sur les parquets NBA. Voici ce qu’il faut retenir.

Trois matches, trois victoires. A défaut de réussir pleinement leur saison (6e à l’Est pour l’instant), les Bulls ont visiblement trouvé la bonne formule pour enquiquiner les Cavaliers cette année. Les champions en titre étaient certes privés de LeBron James (malade et au repos) et Kevin Love (toujours blessé), mais ils ont néanmoins encore cédé, et assez largement (117-99), face à Jimmy Butler (auteur d’un triple-double avec 18 points, 10 rebonds et 10 passes), Dwyane Wade (20 points, 10 passes, 9 rebonds) et un bon Rajon Rondo (15 points, 5 passes).
Evidemment, tout cela n’inquiète pas le moins du monde Tyronn Lue, qui n’a pas manqué de rappeler, à juste titre, que deux de ces défaites avaient été concédées en l’absence de joueurs clés (Love et Irving la dernière fois). Il n’empêche : si ces Bulls venaient à retrouver ces Cavs en playoffs, ce ne serait pas nécessairement une partie de plaisir pour la franchise de l’Ohio. Vous avez dit avantage psychologique ?

L’info : Les Warriors sont officiellement en playoffs (oui, déjà)
Nous sommes le 26 février et tout va bien sur la planète Warriors. La franchise d’Oakland a signé la nuit dernière un 49e succès en 58 matches cette saison, en disposant tranquillement des derniers de la classe, les Brooklyn Nets (112-95). Le tout sans Kevin Durant mais avec des Splash Brothers concernés (27 points pour Curry, 24 pour Thompson). Du coup, Golden State est d’ores et déjà qualifié pour les playoffs, alors qu’il reste encore 24 matches à disputer en saison régulière pour les hommes de Steve Kerr. Exactement comme l’an passé.

Le joueur : Melo, what else ?
On peut le critiquer, le railler, tenter de le trader… Mais Carmelo Anthony reste un joueur d’exception, particulièrement clutch quand il faut rentrer les paniers qui comptent en fin de match. Comme il en a une nouvelle fois fait la démonstration en rentrant le tir de la victoire contre les Sixers (110-109), à trois dixièmes du buzzer, pour conclure en beauté un match énorme (37 points à 15/25 au tir). Et le Madison Square Garden a oublié les sifflets pour rugir de plaisir. Mention spéciale à D-Wade également, privé d’un triple-double contre les Cavs – ce qui aurait fait deux avec celui de Butler – par son… coéquipier Cristiano Felicio, qui n’a rien trouvé de mieux que de lui piquer le dernier rebond, à la sirène. «Flash» en a ri jaune.

La stat : 4 sur 23
Sans LeBron, la fête est plus folle pour les adversaires des Cavs. Lorsque le quadruple MVP ne joue pas, Cleveland redevient une équipe très ordinaire, voire franchement médiocre. Comme le confirme le bilan de 4 victoires pour 19 défaites (0v-4d cette saison) depuis que LBJ est revenu dans l’Ohio il y a deux ans et demi.

Le tweet « oscarisable »
Un des plus beaux flopping de la saison, digne de l’Actors Studio. C’est signé Dion Waiters, probablement inspiré en cette veille de cérémonie des Oscars.

 

Tous les résultats de la nuit
Cleveland – Chicago 99 – 117
Houston – Minnesota 142 – 130
Miami – Indiana 113 – 95
Golden State – Brooklyn 112 – 95
Dallas – La Nouvelle-Orleans 96 – 83
New York – Philadelphie 110 – 109
Orlando – Atlanta 105 – 86
Sacramento – Charlotte 85 – 99