Le GS Pétroliers a conservé son titre de champion d’Algérie de basket-ball (messieurs) en battant le NB Staouéli sur le score de (102- 68 mi-temps :59 – 34) en finale de l’édition 2018-2019 disputée dans la nuit de samedi à dimanche à la Coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf (Alger). C’est le 20e titre dont le sixième consécutif pour la formation pétrolière. Le premier sacre remonte à 1983 sous l’ancienne appellation (MC Alger). Le championnat de l’actuelle saison a connu une formule de compétition inédite, suite au gel de la 1re phase à la 17e journée en raison de la grève des arbitres entamée le 2 mars dernier. Devant cette situation, la Fédération algérienne de basket-ball (FABB) a mis sur pied un tournoi regroupant les quatre premières équipes occupant alors le haut du tableau. En demi-finales, le GS Pétroliers et le NB Staouéli se sont qualifiés aux dépens, respectivement, du NA Husseïn-Dey (63-61) et du WO Boufarik (64-62). Cette dernière rencontre a été arrêtée à 17 secondes de la fin pour jets de projectiles sur le terrain.
« Un sacre mérité »
L’entraîneur des Pétroliers, Sofiane Boulahya, s’est réjoui de cette consécration: «Nous avons très bien joué en première mi-temps, ce qui nous a permis de faire un écart de plus de 20 points. En deuxième mi-temps nous sommes passés par un passage à vide en début du 3e quart, permettant à Staouéli de recoller au score. J’ai demandé à mes joueurs de remettre de l’intensité dans les duels pour reprendre l’avantage et décrocher le titre. Je pense que c’est un sacre mérité après un début de saison difficile marqué par le départ de plusieurs cadres de l’équipe. Maintenant nous allons prendre une journée pour savourer le trophée avant de reprendre la préparation pour le quart de finale de la coupe», a-t-il déclaré. De son côté, son homologue Yahia Mohamed a reconnu que : «C’était un match difficile pour nous face à une équipe bien préparée pour cette finale. Nous avons raté le début de match, notamment la bataille aux rebonds ou nous avons été dominés par les pivots du GSP. Nous sommes parvenus à revenir à 13 points dans le 3e quart, mais nous avons lâché physiquement par manque de profondeur de banc. C’est la deuxième année consécutive que nous sommes en finale avec très peu de moyens et le mérite revient entièrement aux joueurs.» n