« Alger-Retour » est une bande dessinée de l’auteur français Fred Neidhardt, qui raconte l’histoire de Daniel Rossi, fils d’un pied-noir, qui décide de faire un voyage initiatique
à Alger et découvrir ses racines familiales.

Par Rouchdi BERRAHMA
Daniel propose à son père Jean-Pierre de l’accompagner, mais celui-ci refuse catégoriquement de faire le voyage. Pour lui, l’Algérie de sa jeunesse est l’Atlantide, le continent englouti. C’est donc en solitaire que Daniel fait le pèlerinage à Alger en 2014. Il va dans l’appartement où a vécu son père et trouve Mahmoud, prof de français à la retraite. Il lui propose de prendre des photos de l’intérieur de l’appartement pour les montrer à son père à son retour… Cultivé et fan de littérature française, Mahmoud va montrer à Daniel ce qu’est devenu Alger et ses habitants, remettant en cause les préjugés sur les Algériens. Au fil des pages, Daniel finit par comprendre pourquoi il est si difficile pour Jean-Pierre de revenir en Algérie. Un mot quand même sur le dessin de Fred Neidhardt pour dire qu’il est bien réalisé malgré parfois son côté caricatural. Cela colle bien à ce type d’ouvrage qui mêle histoire et réconciliation. « Alger-Retour » est inspiré de l’histoire personnelle de Fred Neidhardt, qui avait déjà publié les Pieds-noirs à la mer, en 2013, chez Marabulles. Fred Neidhardt est né en 1966 à Montpellier. Il collabore au magazine Psikopat dès 1989 et publie sa première bande dessinée en 1997, les Aventures de Monsieur Tue-Tout, avec Fabrice Tarrin au dessin. En 2004, il crée Nestor & Polux avec Tarrin, et Olivier Grojnowski au dessin, pour Pif Gadget. Dès 2006, il réalise des impostures pour L’Écho des savanes et pour la Télévision. En 2008, il publie une première bande dessinée d’inspiration autobiographique, Pattes d’eph et Col roulé, suivie par la Peur du rouge, en 2010, puis par les Pieds-noirs à la mer, en 2013. A partir de 2017, il publie avec Laurel la série jeunesse les Enquêtes de Violette. Collaborateur régulier du magazine Spirou depuis 1996, il scénarise Spirou chez les Soviets, toujours avec Tarrin au dessin. n