Des centaines de milliers d’élèves de la Bande de Ghaza sont retournés à l’école après cinq mois de fermeture en raison de la pandémie de coronavirus, ont rapporté samedi les médias. Au total, 285 000 élèves des écoles gérées par l’ONU et quelque 277 000 élèves des écoles publiques sont retournés à l’école cette semaine. Ils n’étaient pas tenus de porter des masques ou de garder leurs distances, mais les enseignants des écoles de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies versaient des désinfectants sur les mains des élèves. «L’UNRWA a fait tout son possible pour assurer le bon début de cette année scolaire par plusieurs mesures pour préparer, nettoyer, désinfecter les écoles et former les travailleurs à la désinfection quotidienne», a déclaré Farid Abu Athra, directeur du programme d’éducation de l’agence. Pour le mois d’août, les élèves reprendront les cours manqués l’année dernière, avec des séances de classe réduites à quatre par jour, la récréation annulée et les cantines scolaires fermées. Les autorités envisagent une rentrée scolaire à part entière en septembre.
Les autorités de Ghaza ont pris des précautions strictes pour empêcher une épidémie, fermant largement les points de passage de Ghaza avec Israël et l’Egypte où les infections ont augmenté et imposant une quarantaine obligatoire dans des installations désignées pour toutes les arrivées. Le territoire de Ghaza, sous blocus israélien depuis 2007, a jusqu’à présent été épargné par une grave épidémie de coronavirus.
Le blocus israélien a restreint les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de Ghaza principalement à ses résidents et aux travailleurs des groupes humanitaires internationaux.