Le président de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), Zaki Hariz a appelé, lundi à Alger, à prendre des mesures «urgentes» contre la baisse du pouvoir d’achat du citoyen. Invité du forum du quotidien «El Moudjahid», M. Hariz a estimé nécessaire d’adopter des mécanismes «efficaces» pour contrer la baisse du pouvoir d’achat du citoyen et la hausse «sensible» des prix des produits de large consommation. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette baisse du pouvoir d’achat, a déclaré l’intervenant qui en a cité l’absence des mécanismes de contrôle commercial, la dépréciation de la monnaie nationale, l’arrêt des grands projets, la hausse des prix de certaines matières premières dans les bourses internationales, l’augmentation des coûts des transports internationaux et les difficultés rencontrées par le commerce extérieur sur fond de la pandémie du COVID-19. Pour remédier à cette situation, le président de la FAC a proposé de mettre un terme à la dépendance excessive aux importations, d’encourager la production locale, de réguler efficacement le marché, de traiter le problème du gaspillage et de revoir la politique de subvention directe. Il a salué, par ailleurs, le contenu du Plan d’action du Gouvernement notamment l’incitation à l’investissement, la numérisation du secteur fiscal, l’accompagnement des jeunes dans l’entrepreneuriat et l’assouplissement des procédures administratives. Pour sa part, le vice-président de la FAC, Mohamed Labidi a plaidé pour la mise en place d’un «mécanisme d’alerte» permettant au gouvernement d’intervenir très vite pour réguler le marché et partant protéger le pouvoir d’achat du citoyen, aussi bien que le traitement du problème du marché parallèle de devises et la lutte contre la spéculation de certains opérateurs. Au sujet du marché automobile en manque d’offre, le même intervenant a recommandé d’amender les textes juridiques pour importer les véhicules d’occasion de moins de cinq ans au lieu de trois ans.