Le ministre du Commerce Kamel Rezig s’est entretenu, mardi, par visioconférence avec le Commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, avec lequel il a passé en revue plusieurs questions commerciales d’intérêt commun, a indiqué son département dans un communiqué. Bien évidemment, les discussions ont tourné autour des échanges commerciaux entre les deux partenaires, très affectés par la propagation de la pandémie de coronavirus.

Les deux responsables ont, par ailleurs, convenu de la nécessité de mener «un dialogue stratégique sérieux» afin de pallier la situation commerciale, caractérisée essentiellement par la perturbation des échanges mondiaux, et absorber, par là même, l’impact négatif de la pandémie sur les relations commerciales bilatérales, à travers «la relance des commissions techniques dont la date de reprise des travaux sera fixée par les canaux diplomatiques». La baisse des échanges entre l’Algérie et son principal partenaire commercial, l’Union européenne en l’occurrence, est lisible dans la dernière note de conjoncture des Douanes sur l’état des fondamentaux du commerce extérieur de l’Algérie. Avec l’Italie, premier client de l’Algérie, les exportations de l’Algérie vers ce pays de la zone Euro ont chuté de -33,06% durant le premier trimestre de l’année, alors que les exportations à destination de la France ont baissé de -31,22%. La baisse des exportations vers l’Espagne est plus prononcée, estimée à -52,83% en valeur. Quant aux importations de l’Algérie depuis les principaux pays de la zone Euro, celles-ci n’ont pas dérogé à la règle puisqu’avec l’ensemble de ses fournisseurs, des baisses, parfois très prononcées, ont caractérisé les échanges au premier trimestre de cette année, comparativement à la même période de 2019. Les importations depuis la France ont baissé de -10,62%, Italie (-11,04), Espagne (-28,38%) et Allemagne (-36,11%). Les statistiques parlent d’elles-mêmes ; les échanges se sont ainsi fortement contractés entre l’Algérie et l’Europe, son principal partenaire commercial, affectés par la propagation de la pandémie de la Covid-19 qui a contraint l’ensemble des Etats à ralentir leur commerce avec le reste du monde. Dans un rapport publié récemment par la Commission européenne, il est indiqué que l’Union européenne anticipe une baisse de 525 milliards d’euros de son volume commercial en 2020, à cause de la pandémie de la Covid-19. Ledit rapport souligne également que le commerce mondial se réduira de 9,7% en 2020.
Les exportations de l’UE baisseront de 9,2% (285 milliards d’euros) et ses importations baisseront de 8,8% (240 milliards d’euros) cette année. Ce mouvement baissier concerne également les échanges de l’Union européenne avec l’Algérie, les deux partenaires liés par un Accord d’association signé en 2002, mais dont l’entrée en vigueur est intervenue en septembre 2005. L’accord avec l’UE demeure le principal accord de libre-échange de l’Algérie avec une part de 84,34% des importations et 78,41% des exportations durant l’exercice écoulé. L’Espagne, l’Italie et la France, les principaux partenaires européens de l’Algérie dans le cadre de cet accord, ont totalisé 60% des échanges en 2019. Durant cette année, les exportations algériennes hors hydrocarbures vers les pays de l’UE dans le cadre de l’accord de libre-échange ont atteint près de 1,25 milliard de dollars (-16,94%), alors que les importations se sont chiffrées à près de 7,31 milliards de dollars (-5,67%). La baisse a été aggravée cette année par les restrictions du commerce extérieur que se sont imposés plusieurs pays conséquemment à la propagation de la pandémie de coronavirus. C’est pourquoi, le ministre du Commerce et son homologue européen, le Commissaire au Commerce, Phil Hogan, ont jugé utile d’examiner les voies et moyens susceptibles de faire repartir les échanges entre les deux partenaires. Il y va de l’intérêt de chacun des deux partenaires, étant donné que l’Europe représente le principal débouché pour les hydrocarbures algériens, alors que ses importations en produits alimentaires et biens d’équipement proviennent essentiellement de la zone Euro.