A quelques semaines du coup d’envoi des examens officiels, des cadres du ministère de l’Education nationale ont dévoilé, hier, quelques chiffres sur le nombre des candidats concernés par ces épreuves. Plus d’un million et demi se préparent à passer les examens officiels du baccalauréat et du Brevet d’enseignement moyen (BEM), session juin 2022.

PAR MILINA KOUACI
L’inspectrice centrale de l’Inspection générale du ministère de l’Education nationale, Samia Mansouri, qui s’est exprimée à la Chaîne I de la Radio nationale, a révélé l’inscription de près d’un million et demi de candidats aux examens du baccalauréat et du Brevet de l’enseignement moyen en juin prochain. Ils sont 740 000 inscrits à l’examen du bac et 738 000 à l’épreuve du BEM pour les sessions 2021/2022. Le nombre de candidats libres au baccalauréat est de plus de 13 000, tandis que celui au BEM s’élève à plus de 276 000, a précisé pour sa part l’Inspecteur à l’inspection générale au ministère de l’Education nationale, Boualem Benlaouar, dans une déclaration à l’APS.
Il a en outre indiqué que les candidats au bac seront répartis sur plus de 2 500 centres d’examen au niveau national, alors que ceux au BEM seront répartis sur plus de 2 800 centres, en précisant que les préparatifs, pour assurer le déroulement des épreuves du baccalauréat et du BEM dans un «climat sûr et serein», ont été finalisés. Mme Mansouri a, de son côté, indiqué que les préparatifs pédagogiques se poursuivent pour assurer l’accompagnement psychologique des candidats, via l’encadrement des enseignants, des inspecteurs et des conseillers pédagogiques réquisitionnés à cet effet. Elle a, par ailleurs, fait savoir que les mesures organisationnelles «exceptionnelles» prises lors des deux dernières sessions, compte tenu de la conjoncture sanitaire induite par la propagation du coronavirus, seront reconduites cette année. Le ministère de l’Education avait élaboré quatre protocoles sanitaires approuvés par le ministère de la Santé, en vue de protéger les candidats et les encadreurs mais également pour éviter la propagation de la pandémie. «Le Comité scientifique de suivi de l’évolution du coronavirus est le seul habilité à lever ces mesures ou les maintenir», a-t-elle dit.
Concernant l’application de programme scolaire, l’invitée de la Chaîne I estime que la suspension des cours, suite à la propagation de la Covid-19 dans les écoles, n’a pas affecté l’avancement dans l’application des cours. S’agissant des résultats des deux premiers trimestres, Mme Mansouri les a qualifiés de «rassurants en termes de mise en œuvre du programme, et ce, en s’appuyant sur les rapports périodiques des inspecteurs pédagogiques. S’agissant de la création et l’organisation du bac artistique, elle rappelle que cette décision vient en concrétisation des orientations du président de la République, dans l’objectif d’encadrer les jeunes talents au sein du secteur de l’Education nationale, de promouvoir la dimension artistique et lui donner une place dans le système éducatif national et préparer à l’avenir la valorisation des activités artistiques, tout en oeuvrant à la promotion de la scène culturelle nationale. Elle a indiqué l’ouverture d’une école, à Alger, à partir de la prochaine rentrée scolaire, caractérisée par quatre choix, cinéma, théâtre, musique et arts plastiques.

Le planning des examens
Le ministère de l’Education nationale a dévoilé le planning des examens officiels de fin d’année. Ceux du bac s’étaleront sur cinq jours pour toutes les filières sauf celles de lettres et philosophie qui termineront les épreuves le 15 juin. Ceux du BEM se dérouleront du 6 au 8 juin prochain. Le retrait des convocations des candidats a débuté hier. L’invitée de la radio a rappelé que l’examen de fin de cycle primaire est annulé à partir de l’année scolaire en cours et qu’il sera remplacé par un autre examen qui n’aura pas le caractère national.
Pour ce qui est des sujets d’examen, Mme Mansouri a assuré qu’ils «seront abordables et à la portée des candidats», rappelant les instructions données par le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, aux membres des Commissions chargées de l’élaboration des sujets sur la nécessité de tenir compte «des cours dispensés en présentiel dans l’établissement scolaire durant les trois trimestres». Dans le même contexte, M. Benlaouar a indiqué que les membres des commissions chargées de l’élaboration des sujets entreront bientôt en quarantaine pour la lecture finale des sujets sélectionnés avant leur impression. En prévision de ces examens, le responsable a invité les candidats à «se concentrer sur les cours dispensés en classe» et à «ne pas prêter attention aux rumeurs». Il a également recommandé aux parents d’accompagner leurs enfants sur les plans psychologique et pédagogique et de les encourager à la persévérance, assurant que «les sujets sont sous haute sécurité et aucune fuite n’est possible».
L’inspecteur a précisé, par ailleurs, que les centres d’examen ouvriront à 7H30, insistant sur la nécessité pour les candidats d’être à l’heure pour qu’ils aient le temps de repérer leur salle d’examen et puissent y accéder dans le calme sur présentation de la carte d’identité. Les épreuves débuteront à 8H30 et, passé ce délai, l’accès au centre ne sera plus possible, notamment après fermeture du portail et ouverture des enveloppes des sujets.

Concours de promotion après les épreuves officielles
Le concours de promotion des travailleurs du secteur aura lieu après l’organisation des examens officiels du bac et du BEM. Le département de Abdelhakim Belabed avait annoncé, récemment, l’ouverture de 52 778 postes budgétaires à la promotion. L’invitée de la Chaîne I a tenu à préciser que 70% de ces postes seront consacrés pour la promotion des enseignants dans les différents postes.