Au troisième jour des épreuves du baccalauréat 2021, qui s’achèvent demain jeudi, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a mis l’accent sur les «insuffisances «constatées au niveau des centres d’examen.

Par Milina Kouaci
Même s’il estime que ces épreuves ont eu lieu dans des conditions «normales et acceptables», le Cnapeste évoque des problèmes qui reviennent chaque année et, partant, plaide pour une meilleure organisation des prochaines échéances du genre.
L’organisation et les conditions de déroulement de l’examen du Bac suscitent la colère du Cnapeste qui s’attendait à une «amélioration «dans l’organisation et les conditions de déroulement de cette session 2021. L’organisation syndicale relève «une contradiction» entre le discours officiel et les conditions de déroulement des épreuves nationales sur le terrain. «Le ministre du secteur dit avoir mobilisé tous les moyens humains et matériels pour le bon déroulement de ces épreuves, mais une fois les examens entamés, on constate des insuffisances et des défaillances», selon le porte-parole du Cnapeste Messaoud Boudiba.
Ce dernier fait état du manque d’hygiène, d’eau fraîche, de feuilles dans des établissements de la capitale. «Je ne comprends pas pourquoi cette parcimonie qui empêche le bon déroulement des examens de fin d’année», s’exclame-t-il. Pour étayer ses dires, il cite en particulier la région du Sud où les candidats subissent des températures élevées dans des salles qui «ne sont pas dotées en équipement de climatisation». Pis encore, dans certains centres d’examen, les climatiseurs disponibles «ne sont pas mis en marche où sont réglés à des températures inadéquates avec la canicule ambiante pour cause de réseau électrique incompatible», souligne M. Boudiba.
«On parle chaque année des conditions dans lesquelles les candidats du Sud passent l’examen du bac, mais rien ne change», poursuit notre interlocuteur, estimant que «cette situation est maintenue volontairement pour conforter les appels à l’aménagement d’un calendrier spécial Bac pour les régions du Sud. Nous sommes contre l’atteinte au caractère national des examens, car un Bac régional n’est pas une solution», insiste-t-il.
S’agissant des cas de fraude décelés au niveau de quelques centres d’examen, notre interlocuteur estime que «l’important est qu’il n’y ait pas eu de cas de fuite ou de diffusion de sujet sur les réseaux sociaux. C’est ce type d’incident qui porte atteinte à la crédibilité de l’examen et non pas les cas de fraude isolés enregistrées dans tous les pays du monde», explique le syndicaliste.
Concernant les sujets du Bac de cette année,
Messaoud Boudiba exprime son contentement, après avoir constaté qu’aucune erreur n’a été signalée dans les sujets et les questions ont porté sur des cours dispensés en classe. «Nous avions peur des erreurs ou des surprises pour les élèves avec des questions sur des cours qui n’ont pas été abordés en classe. Heureusement, tout est dans l’ordre pour le moment», conclut M. Boudiba. n