Le secteur des assurances en Algérie continue d’enregistrer des résultats négatifs sous l’effet de plusieurs facteurs combinés auxquels il fait face ces dernières années, avant que la crise sanitaire provoquée par le coronavirus ne vienne asséner le coup de trop à l’équilibre financier des compagnies.
Dans le cas d’Alliance Assurances, la mauvaise passe financière se laisse facilement découvrir à travers des résultats en forte baisse. Le chiffre d’affaires réalisé par cette compagnie privée a, à ce propos, enregistré une perte de 396 millions de dinars (-14%) au premier semestre 2020, comparativement à la même période de 2019, indique un communiqué de l’entreprise consacré à son bilan des six premiers mois de l’année en cours.
Quant au Résultat, il s’est soldé par une baisse de -21% comparativement à 2019, et s’est affiché autour de 128 millions de dinars, ajoute la même source, imputant cette régression à une «crise à tous les niveaux» que traverse le secteur des assurances. Il s’agit «d’une crise économique systémique et persistante qui s’est traduite par l’absence de réformes profondes et nécessaires du secteur couplée à l’absence d’un marché de nouveaux véhicules, mais aussi des pratiques néfastes et récurrentes telles que la concurrence déloyale, le dumping, ainsi que l’instauration depuis Janvier 2020, de la collecte d’une taxe dite de pollution à la charge des assureurs. Cette décision a participé lourdement à atrophier le chiffre d’affaires des sociétés d’assurances étant donné que le budget des assurés n’a pas évolué», lit-on dans le communiqué. «Ajoutez à cela la crise sanitaire au coronavirus qui secoue depuis le début de l’année 2020 le monde et plus particulièrement tout l’écosystème en Algérie et qui impacte lourdement le secteur des assurances», poursuit-on, dans un compte-rendu qui a tout d’un cri d’alerte à l’adresse des pouvoirs publics. Ceci d’autant que Alliance Assurances est loin d’être seule dans cette situation et que, bien au contraire, «l’écrasante majorité des professionnels en Algérie en subissent les conséquences et les mesures d’accompagnement et d’atténuation de ces effets tardent à venir et à se concrétiser à grande échelle», insiste-t-on. Cependant, les responsables de la compagnie ne désarment pas et se disent «mobilisés» pour faire face à «cette situation économique exceptionnelle et inédite dans un climat des affaires délétère». En ce sens, Alliance Assurances table sur «les décisions prises par l’Etat lors de la conférence nationale sur la relance économique et sociale qui a été organisée fin août dernier, destinées à soutenir, accompagner les entreprises tous secteurs d’activité confondus et maintenir en état d’activité tout le tissu industriel et commercial national pour sortir de cette crise économique sans précédent», souligne-t-elle.
Pour rappel, le Conseil national des assurances (CNA) a déjà mis en évidence, à plusieurs reprises, la situation critique que traverse le secteur, et ce, à travers des rapports de conjoncture qui témoignent clairement de la baisse des résultats financiers enregistrés par les compagnies du secteur.
Le dernier rapport en date de la CNA, consacré au premier semestre 2020, indique que la production des assurances, toutes activités confondues, a été estimée à 40,6 milliards de DA contre 42,7 milliards de DA à la même période de l’année précédente, soit une diminution de 4,9%. <