L’Intersyndicale réunira, le 10 février prochain, les 14 syndicats qui la composent pour adopter le livre des propositions sur l’avant-projet du Code du travail. Un texte qu’a préparé et élaboré une commission technique, installée à cette fin, avant de soumettre une copie au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

Selon le secrétaire général du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), Idir Achour, les syndicats autonomes de l’Intersyndicale vont se réunir lors d’une journée d’étude, à Alger, le 10 février, pour adopter le livre des propositions puis le soumettre à la tutelle. 

« Cela fait des mois qu’on multiplie les réunions et les ateliers pour terminer notre livre des propositions », rappelle Idir Achour. Le secrétaire général du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Chibane Newfel, a, pour sa part, indiqué que la commission technique de l’Intersyndicale a finalisé son livre des propositions « qu’elle soumettra aux présidents des syndicats membres de l’Intersyndicale pour l’examiner ».
Pour rappel, en juin dernier, le ministre du Travail, Mourad Zemali, avait déclaré que son département allait fixer un rendez-vous à ses partenaires sociaux pour recueillir leurs propositions sur l’avant-projet du Code du travail. Ce texte demeure largement chahuté par les syndicats autonomes qui accusent ses rédacteurs de « remettre en cause les acquis sociaux des travailleurs » et de « protéger le patronat ». « Dans sa mouture actuelle, l’avant-projet de loi sur le travail ne fait pas l’unanimité. Pour ces raisons, il devrait faire l’objet de concertation entre la tutelle et les syndicats autonomes pour établir un avant-projet final à soumettre au Conseil des ministres pour approbation », disait-il. Le travail des syndicats autonomes de la Fonction publique a pris du temps. Leur agenda a été chamboulé par les mouvements de protestation qu’ils ont menés ces derniers mois, notamment pour dénoncer l’érosion du pouvoir d’achat, la suppression de la retraite proportionnelle et les restrictions sur les libertés syndicales.
Le front social demeure agité avec le corps médical et les enseignants, ainsi que plusieurs autres secteurs qui font face au silence du gouvernement à leurs différentes revendications.
Dans ce sillage, outre la journée de protestation prévue le 14 février prochain par l’Intersyndicale, d’autres actions de protestation se profilent à l’horizon. A ce sujet, le président du SNPSP, Lyes Merabet, a indiqué que son syndicat a pris la décision de convoquer un conseil national extraordinaire le 8 février prochain afin d’évaluer l’état de prise en charge des dossiers de la plateforme de revendications nationales. Selon M. Merabet, « les adhérents veulent renouer avec le mouvement de protestation au vu de l’aggravation des problèmes et l’attitude passive du ministère de la Santé ».
Il a invité les syndicats autonomes du corps médical à adhérer à l’Intersyndicale pour faire valoir leurs droits. A ses yeux, tous les syndicats autonomes et notamment ceux du corps médical devraient s’unir pour défendre leurs droits.