Par Nadir Kadi
Le ministère de l’Energie et des Mines a annoncé, hier, la nomination de Rachedi Menadi à la tête de l’Autorité nationale de sûreté et de sécurité nucléaires, suite à la décision du président de la République du 7 avril 2022 et en application des instructions du Premier ministre.
Le nouveau responsable a, en effet, été «officiellement installé» par le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, lors d’une cérémonie organisée à Alger, au siège du Commissariat à l’énergie atomique (Comena), informe un communiqué du secteur de l’énergie et des mines. La même source ajoute que la nomination a également été marquée par la présence des représentants du Premier ministre, du ministère de la Défense nationale, ainsi que des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur.
Mohamed Arkab a par ailleurs rappelé, hier, que l’Autorité nationale de sûreté et de sécurité nucléaires, créée par la loi 19-05 du 17 juillet 2019, avait notamment pour mission de définir les législations et réglementations régissant les activités en lien avec l’énergie atomique. En effet, structure «indépendante» tout en étant placée sous la supervision du Premier ministre, il a également été précisé que l’Autorité nationale de sûreté et de sécurité nucléaires devra «garantir» par ses réglementations la sûreté et la sécurité des usages des matériaux classés «nucléaires». Mais aussi, travailler à «superviser» le bon usage et l’application des directives de sécurité. Dans cette logique, le communiqué ajoute que l’Autorité nationale de sûreté et de sécurité nucléaires bénéficiera de certaines prérogatives, notamment «l’émission des autorisations», ou encore l’inspection des installations classées sur la liste des sites nucléaires.
Une structure stratégique, dont le rôle apparaît également central, pour les éventuels projets économiques d’usage de l’atome pour la production d’électricité. En ce sens, il est à rappeler que la loi 19-05 réglemente l’ensemble des activités en lien avec la recherche, la production et l’usage pacifique de l’énergie atomique. Rachedi Menadi a réaffirmé hier sa «détermination à ne ménager aucun effort pour réaliser les objectifs tracés», se disant «conscient de la grande mission dont il est investi». Rachedi Menadi, ingénieur d’Etat, a exercé au niveau du Centre de recherche nucléaire de Birine, avant d’occuper le poste de vice-directeur des énergies renouvelables au ministère de l’Energie et des Mines, puis nommé, en juin 2020, au poste de président de la Commission de régulation de l`électricité et du gaz (Creg). n