Même si on est encore très tôt dans la saison, les premiers débats sur le vainqueur du Ballon d’Or commencent déjà à fleurir dans les médias et sur les réseaux sociaux. Karim Benzema, référence offensive du Real Madrid, peut-il l’emporter ?
Oui, Karim peut remporter le Ballon d’Or
Leader offensif du plus grand club du monde. Sur le papier, le CV est plus que convaincant. Une saison encore, l’attaquant formé à l’OL est la référence du Real Madrid. Le côté playmaker qu’il avait déjà avec Cristiano Ronaldo, il l’a conservé voire même amélioré, et s’est aussi découvert un costume de tueur qui n’était pas toujours présent dans son armoire lors de ses premières années à Madrid.
Il n’y a que très peu de clubs, du moins dans le gratin européen, qui sont aussi dépendants d’un joueur dans les derniers mètres. Si on parle uniquement de son style de jeu, il est sans aucun doute parmi les joueurs les plus complets à son poste, si ce n’est le plus complet. Ils sont ainsi très peu à allier qualité technique, talent, intelligence ou vision du jeu, le tout en étant performant pratiquement tous les trois jours.
Benzema peut aussi profiter d’une petite baisse de niveau chez les deux plus grands habitués de ce prestigieux prix : Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Si les statistiques des deux ogres restent excellentes, ils ne sont plus à leur meilleur niveau, et ont un impact un peu moindre dans le jeu, en plus d’être moins brillants dans les grands matchs. Du moins, ils ne dominent plus le foot mondial au point de dire qu’ils sont les deux seuls candidats crédibles pour ce Ballon d’Or 2021. Sauf si, bien évidemment, ils venaient à enchaîner les prestations mémorables sur ce qui reste de saison et le début du prochain exercice. La concurrence est plus ouverte et, comme Robert Lewandowski par exemple, Karim Benzema semble aussi légitime pour prétendre au titre que les deux cadors qui avaient l’habitude de tout rafler.
Le Real Madrid est encore en course pour tout gagner, du moins dans l’attente de la demie retour mais le score de l’aller ne laisse présager que de bonnes choses.
Ceci rejoint en quelque sorte le point soulevé plus haut. Un parcours collectif brillant est pratiquement impératif pour remporter le Graal des récompenses individuelles. Et pour les Merengues, tout est encore jouable, du moins pour les deux titres qui comptent le plus : le championnat national et la Ligue des Champions. Ce qui n’est pas le cas pour les deux stars citées ci-dessus, avec un Barça et une Juventus qui ont déjà pris la porte, alors que les Turinois ne sont même plus vraiment en course pour le Scudetto.
Non, Karim Benzema ne sera pas Ballon d’Or
Il ne jouera pas de compétition internationale avec sa sélection. On le sait, les Ballon d’Or se jouent très souvent sur un Euro, un Mondial ou une Copa América à un degré moindre. Et ça sera d’autant plus vrai maintenant que le duo Cristiano Ronaldo – Messi n’écrase plus tout sur son passage, avec un niveau un peu plus homogène dans l’élite du foot mondial et donc, des différences qui peuvent se faire sur ces tournois surmédiatisés. N’ayant pas la possibilité de disputer ce championnat d’Europe des nations en 2021, sauf énorme surprise, part avec un gros désavantage par rapport à ses «concurrents», puisque le Portugal de CR7 a toutes les cartes en main pour faire un bon Euro par exemple, pour ne citer que lui.
Le Ballon d’Or récompense le meilleur joueur de la saison. Et souvent, on a tendance à faire le parallèle, logique et légitime mais parfois injuste, entre statistiques et performances pures. Si Karim Benzema répond présent dans ce second aparté, d’un point de vue statistique il est également très bon, mais pas au niveau des meilleurs. Il n’est ainsi «que» le troisième buteur de Liga avec 19 réalisations, derrière Lionel Messi (23 buts) et Gerard Moreno (19 mais devant car moins de matchs joués), avec un Luis Suarez qui a également fait trembler les filets à 19 reprises.
En dehors des frontières nationales, il y a aussi des joueurs qui cartonnent dans d’autres clubs encore en course pour gagner des titres, à l’image de Robert Lewandowski, qui en est à 40 buts entre Liga et Ligue des Champions déjà, contre 24 pour le Français. Même un Kylian Mbappé, avec 29 buts TCC, est devant niveau purement statistique.
Il manque – encore – d’un ou deux matchs référence sur la saison. Une ou deux prestations mémorables dans un gros match qui retiennent l’attention du public et des votants. Pour l’instant, il a été bon dans les grosses rencontres, à l’image du Clasico du week-end dernier, sans pour autant marquer les esprits dans la mesure où d’autres joueurs ont été meilleurs ou plus décisifs.
De même, sur les rencontres de Ligue des Champions, où il a été bon mais ce n’est pas lui qui a attiré l’attention des observateurs, comme lors du match aller face à Liverpool où ce sont principalement Vinicius Junior et Toni Kroos qui se sont distingués. Toujours bon – et sans aucun doute le Madrilène le plus régulier – mais jamais extraordinaire dans ces rencontres. Ces prochains matches de Ligue des Champions vont être décisifs. n