La situation épidémique en Algérie connaît une forte augmentation, ces derniers jours, des cas de contamination qui ont dépassé le seuil des 600 par jour, et tournent en moyenne au-dessus de la barre des 500.
Au-delà des statistiques, il suffit de faire un tour au niveau des pharmacies pour constater une flambée des prescriptions de traitement anti-covid, des cas qui, souvent, ne sont pas pris en compte dans le bilan quotidien officiel de contamination qui comptabilise seulement les malades Covid hospitalisés.Par Sihem Bounabi
En effet, dans plusieurs pharmacies de la capitale, il est nous est affirmé que le nombre d’ordonnances de traitement contre la covid a doublé, voire triplé. Le constat est que plus une pharmacie est proche d’un cabinet médical ou d’une polyclinique, plus le nombre de prescriptions augmente.
Ainsi dans une pharmacie en périphérie de la ville, le pharmacien nous assure qu’«il y a quelque temps, lors de l’accalmie, le nombre d’ordonnances type de malade Covid était en moyenne de 10 par semaine, mais depuis plus de 15 jours, nous traitons en moyenne jusqu’à 20 ordonnances par jour».
Dans une autre pharmacie, proche d’un centre médical, alors qu’il y a à peine un mois, moins de 5 ordonnances par jour étaient traitées, en ce moment, c’est une moyenne de 30 ordonnances par jour, «ce qui est un indicateur d’une forte augmentation du nombre de malades Covid en Algérie, plus importante que les chiffres annoncés par le ministère de la Santé», indique le responsable de l’officine.
Le pharmacien nous explique qu’une ordonnance type de malade Covid est caractérisée par la prescription de l’antibiotique azithromycine, du paracétamol (doliprane) contre les douleurs et fièvre, ainsi qu’une batterie de vitamines, C et D, et le zinc. Il explique, également, que, selon l’état du malade Covid et les symptômes développés, le médecin peut également prescrire des corticoïdes ou des anticoagulants comme le Lovenox.
Selon les différentes pharmacies, il est précisé que la moyenne du prix basique d’une ordonnance est de 2 500 DA, mais elle peut atteindre facilement le double, soit 5000 DA, selon le prix des vitamines disponibles et aussi rapidement flamber à cause des prix des corticoïdes et des anticoagulants.
En effet, pour le traitement, il faut au minimum deux boîtes d’antibiotiques au prix de 1 100 DA sachant que le prix à l’unité est de 550 DA. Ce qui augmente la facture, c’est le prix des vitamines car la plupart des stocks à prix abordable, comme la vitamine C effervescente à 1 g, autour de 250 DA où la boîte de vitamine D à 150 DA, sont introuvables et quasiment en rupture.
Le pharmacien se trouve ainsi contraint de proposer des produits d’autres laboratoires qu’il a toujours en stock notamment à cause de leur prix élevé. Ainsi pour la vitamine C, d’une pharmacie à une autre, la seule formule qui est disponible en comprimés et en poudre, le prix peut varier de 350 DA pour les comprimés de 250 mg, jusqu’à 900 DA pour les comprimés à 500 mg. Dans une troisième pharmacie, la seule vitamine C disponible est celle pure en poudre dont le prix est de 2 250 DA ! Soit près de 10 fois le prix d’une boîte de vitamine C effervescente, qui était disponible il y a à peine quelques mois.
Une autre formule est proposée et qui est prisée pour le traitement des malades Covid est celle des comprimés ou gélules zinc/vitamine C dont le prix varient de 500 à 1 000 DA. Mais là aussi, le pharmacien propose deux boîtes au lieu d’une seule pour respecter le dosage. Car souvent pour ce type de combinaison avec le zinc, le dosage de la vitamine C est à 250 mg, alors qu’au minimum il faut que le dosage quotidien doit être de 500 mg à 1 g par jour pour aider le malade Covid à renforcer son système immunitaire et vaincre la fatigue extrême inhérente à la contamination.
Selon un témoignage, la facture d’une contamination à la Covid peut facilement atteindre les trois-quarts du salaire minimum qui est de 20 000 DA en Algérie. En effet, entre l’ordonnance de traitement et les vitamines, qui s’élève à 6 000 DA et la batterie de tests de diagnostic Covid à 8 000 DA, le montant total traitement atteint 14 000 DA. Le montant de l’ordonnance peut également rapidement flamber dans le cas où le patient a besoin de corticoïde ou de Lovenox. Ce dernier, dont le prix d’une seule boîte est de 1 100 DA, subit une forte tension en ce moment et rares sont les pharmacies qui en disposent.
Finalement, en plus des effets sur la santé, la contamination à la Covid fait également des ravages au niveau du portefeuille, car en plus des prescription médicales, il faut ajouter les tests de diagnostic qui doivent être renouvelés au moins une fois et parfois nécessitant jusqu’à trois tests par personne, sachant que le prix des tests antigéniques varie entre 2 000 et 3 000 DA tandis que les tests PCR coûtent en moyenne de 8 000 DA.
La prévention consistant dans le respect des gestes barrières et la vaccination contre la Covid gratuite reste le meilleur moyen de préserver sa santé mais également ses finances dans un contexte d’érosion de pouvoir d’achat.