Le ministre de la Communication, qui répondait aux questions des sénateurs, jeudi dernier, insiste sur l’amélioration du contenu des programmes du service audiovisuel public et privé.

Le ministre de la Communication Djamel Kaouane ne prévoit pas de création d’une nouvelle chaîne télévisée publique pour renforcer l’image de l’Algérie sur la scène internationale, selon les propos qu’il a tenus devant les sénateurs du Conseil de la Nation. En réponse à des questions orales des parlementaires, il a affirmé que la concrétisation d’un tel projet nécessite d’abord «une étude de rentabilité et des certitudes pour son efficacité dans un climat distingué par une concurrence très rude dans ce domaine». «Il serait plus sage actuellement de concentrer les efforts sur l’amélioration des performances des cinq chaînes qui existent au lieu de disperser les moyens et les orienter vers une démarche dont les résultats ne sont pas garantis», a-t-il ajouté en réaction à une question du  sénateur Mohamed Kissaoui. «La vraie bataille à mener dans le domaine de l’information est celle du contenu», a déclaré le ministre de la Communication, mettant l’accent sur le fait que «l’Algérie occupe une place pionnière par rapport à d’autres pays émergents» dans le domaine de la communication et de l’information.
«Le secteur œuvre toujours à la consolidation de cette  expérience à travers une évaluation à même de permettre d’apporter les  corrections nécessaires». Par ailleurs, et en réponse à une autre question, émanant cette fois d’un membre du Conseil de la Nation, Bouziane Ahmed, sur la faible couverture de la Radio de Tiaret, le ministre a rappelé que «ce problème a été pris en charge», précisant que «le réseau des stations de radios locales a été élargi au service de l’information de proximité. «Ce qui a permis, a-t-il dit, la création d’une station dans chaque wilaya dont la station régionale de Tiaret» et «l’Etablissement public de la télédiffusion (TDA) veille à l’élargissement de sa couverture radiophonique».
«TDA a été introduit dans les différents programmes de l’Etat, notamment ceux relatifs à l’amélioration de la couverture radiophonique et télévisuelle dans les Hauts-Plateaux», à savoir les projets de réalisation des stations de diffusion, l’acquisition d’équipements de transmission, l’installation des relais et le raccordement des sites aux réseaux d’énergies», a rappelé le ministre, mettant en avant «l’avancement de certains projets dans cette wilaya, notamment les stations de Ksar Chellala, Aïn Dehab et Chorfa».
Ce qui permettra, a-t-il dit, «d’élargir la couverture radiophonique sur les ondes +FM+ de 78% actuellement à 91%». Le ministre a indiqué, dans le même sillage, que «les autres radios nationales assurent, à leur tour un taux considérable de couverture radiophonique pour les habitants de cette wilaya».