PAR MILINA KOUACI
La procédure du dépôt des dossiers pour bénéficier de l’allocation spéciale de scolarité a débuté cette semaine au niveau des établissements scolaires. Les directeurs des écoles des trois cycles de l’Education nationale sont appelés, conformément au décret 21/61 du 8 février 2021, d’établir une liste accompagnée d’un formulaire de demande de bénéfice d’un chèque barré du tuteur et l’envoyer par la suite aux Assemblées communales.
Alors que des directeurs refusent d’être considérés comme « agents administratifs » des APC, estimant que la remise de l’allocation de solidarité est une opération qui doit relever d’autres organismes que l’établissement scolaire, qui est censé ne délivrer que le certificat de scolarité, les directeurs des écoles sont appelés a établir les listes des bénéficiaires.
Les syndicats des directeurs des écoles primaires, moyens et secondaires demandent aux APC d’établir une liste initiale, accompagnée du formulaire de demande de bénéfice, d’un chèque barré du tuteur pour le transférer par la suite aux APC. Le Syndicat national des directeurs des écoles primaires (Snadep), qui a demandé à ses adhérents de respecter cette procédure, appelle en parallèle le ministère de l’Education à réduire le rôle du directeur au seul rôle de remettre un certificat de scolarité de l’élève bénéficiaire.
Pour rappel, les directeurs des écoles primaires demandent, par ailleurs, aux autorités compétentes de se charger de la vente des livres scolaires et de la distribution des cartables en dehors de l’établissement scolaire, car ses tâches ne relèvent pas de leurs prérogatives. Concernant l’allocation de solidarité d’un montant de 5 000 DA, elle est attribuée aux élèves nécessiteux, inscrits régulièrement auprès d’un établissement public d’éducation et d’enseignement ou d’un établissement d’éducation et d’enseignement spécialisé. Cette aide est « attribuée une fois par an, au début de l’année scolaire » à chaque élève « issu de famille démunie ou dont les parents ou tuteurs ne disposent d’aucun revenu », ou dont le revenu mensuel des « parents ou tuteurs est inférieur ou égal au salaire national minimum garanti ». Cette allocation est versée depuis l’année passée dans les comptes courants postaux des parents ou des tuteurs d’élèves bénéficiaires. n