Le relâchement constaté après la décision du gouvernement de permettre à certaines catégories de reprendre leurs activités est inquiétant. Les mesures de confinement et les gestes barrière ne sont pas respectés. Des attitudes périlleuses qui mettent toute la société en danger. Il faudrait se rendre à l’évidence. La pandémie de coronavirus est toujours en activité.
Et les bilans quotidiens n’indiquent en rien que le danger est derrière nous.
Il faut, plus que jamais, faire preuve de discipline et de respect des mesures de prévention. C’est même une étape cruciale dans la lutte contre la propagation d’une pandémie qui s’est visiblement installée dans le monde entier. L’allégement des mesures de confinement dans le pays doit se faire avec la plus grande prudence. Le citoyen algérien est appelé à changer ses habitudes par mesure conservatoire et réguler ses rapports sociaux pour s’adapter aux contraintes induites par une situation sanitaire nouvelle avec laquelle il est obligé de traiter. L’importance de la discipline des citoyens et de leur respect des mesures préventives est un passage obligé pour endiguer la propagation du virus. C’est le moyen le plus sûr, en attendant un éventuel traitement ou la découverte d’un vaccin. En attendant, il faudrait inciter au respect des conditions de prévention, tout en adoptant, le discours de sensibilisation sur l’importance de la distanciation sociale. Il est un fait, le citoyen est le seul à même d’enrayer la progression du virus en respectant vigoureusement les consignes de prévention. Le cas des pays asiatique est un exemple particulièrement à suivre. C’est grâce à la discipline que ces populations arrivent à juguler le risque sanitaire. Il est désormais nécessaire d’inculquer aux citoyens les bons réflexes à adopter en matière de prévention en toute circonstance. Il faudrait expliquer aux citoyens les dangers auxquels ils s’exposent dans le cas du non-respect des consignes de prévention. En somme appeler à la responsabilité individuelle. Pour le bien de la collectivité.