Le pire a été évité de justesse à Constantine. En effet, un individu armé d’une ceinture explosive a tenté, dans la soirée  de dimanche à lundi, de se faire sauter devant le siège de commissariat de police du centre-ville de Constantine.


Une source sécuritaire a précisé que l’attentat, qui s’est produit vers 21 heures, a été déjoué grâce à la vigilance et à l’intervention rapide du policier posté devant l’entrée la 13e Sûreté urbaine située au quartier de Bab El Kantara. Une source sécuritaire a précisé que le policier a riposté de manière héroïque. Après avoir tiré plusieurs coups de sommation, il a ciblé avec exactitude la ceinture explosive portée par le terroriste. Ce dernier a vite été neutralisé, précise la même source, en ajoutant que la déflagration de la ceinture a fait deux blessés parmi les agents de l’ordre. Les victimes de cet ignoble attentat ciblant un siège de police, situé en plein quartier populaire de la ville de Constantine, souffrent de quelques blessures légères. Elles ont été évacuées et prises en charge par un personnel médical mobilisé aux services des urgences du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Ben Badis. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a rapporté également que l’attentat a été déjoué par un policier en citant que ce dernier était devant le siège du commissariat situé au-dessous d’un bâtiment abritant une dizaine de familles.
Un périmètre de sécurité a été mis en place, a indiqué la même source, en ajoutant que le parquet a dans l’immédiat ouvert une enquête. Pour ce qui est du kamikaze, l’identification du terroriste est toujours en cours, a indiqué hier de son côté le ministre de la Justice garde des Sceaux, Tayeb Louh, dans une déclaration faite à la Radio nationale.
D’ailleurs, l’attaque terroriste ciblant le siège des services de police, dans la commune de Constantine, n’entamera en rien la détermination de l’Algérie à«faire face à tout acte visant à porter atteinte à la sécurité des biens et des personnes», assure de son côté le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, dans un communiqué rendu public hier.
Le ministre, qui a dénoncé l’acte abject qui intervient à un moment où le peuple algérien s’apprête à accomplir son devoir électoral pour le renforcement de l’œuvre institutionnelle du pays, a affirmé que l’attentat a pu être déjoué «grâce à la vigilance et à l’intervention courageuse d’un agent de police en faction qui a pu repousser le terroriste kamikaze l’obligeant à enclencher sa ceinture explosive à l’extérieur du bâtiment abritant le siège du commissariat». Cette attaque terroriste intervient quelques jours après que des services de sécurité ont réussi, dans plusieurs opérations, à éliminer plusieurs terroristes. La semaine passée, plusieurs détachements de l’ANP ont mis hors d’état de nuire 14 terroristes de Jund El Khalifa dans les maquis surplombant les communes d’El Adjiba et Ahnif, dans la wilaya de Bouira. Le ratissage de l’ANP se poursuit toujours, ont précisé des sources. Un groupe armé, qui serait composé de 5 à 6 éléments, est pourchassé par les troupes spéciales de l’armée. A Jijel, les services de sécurité ont neutralisé un sanguinaire dans la région de mechta Hedabla, relevant de la commune de Ziama Mansouria, qui a été identifié. Il s’agit de L. Louanès alias Taher Beghila. <

 

La France condamne et assure de sa solidarité
La France a condamné hier l’attentat terroriste, survenu dimanche soir à Constantine, se disant aux côtés de l’Algérie dans son combat contre le terrorisme. «La France condamne l’attentat terroriste perpétré à Constantine le 26 février, qui a blessé deux policiers. Nous adressons nos vœux de prompt rétablissement aux victimes», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, soulignant que la France «assure les autorités et le peuple algériens de sa solidarité dans cette épreuve». «Elle se tient à leurs côtés dans le combat qu’ils mènent avec courage et détermination contre le terrorisme», a-t-il conclu.