Le conflit yéménite s’est étendu aux Emirats après l’attaque par les Houthis, lundi 17 janvier, de sites à Abou Dhabi, une première depuis que les rebellles chiites yéménites sont en guerre contre la coalition menée par l’Arabie Saoudite et dont font partie les Emirats. Alger condamne l’attaque, Washington promet de faire « rendre des comptes » aux rebelles Houthis.

Synthèse Salim Benour
L’Algérie a condamné « vigoureusement », lundi 17 janvier, les attaques ayant ciblé la zone de Mussafah et l’aéroport international d’Abou Dhabi aux Emirats, faisant 3 morts et 6 blessés. « L’Algérie condamne vigoureusement les attaques ayant ciblé, lundi 17 janvier 2022, la zone de Mussafah et l’aéroport international d’Abou Dhabi, qui ont fait 3 mort et plusieurs blessés », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, qui précise que « l’Algérie présente ses sincères condoléances aux EAU et aux familles des victimes ainsi que ses souhaits de prompt rétablissement aux blessés ».
Annonçant le lancement d’une opération militaire baptisée « Ouragan du Yémen », les Houthis ont affirmé sur leur chaîne Al-Massira avoir « ciblé des installations et site émiratis importants et sensibles » à l’aide de missiles balistiques et de drones. « Nous prévenons les entreprises étrangères, les citoyens et les résidents de l’Etat ennemi des Emirats qu’ils devraient se tenir éloignés des sites vitaux pour leur propre sécurité », a ajouté le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, dans une allocution sur Al-Massira.
Ces attaques ont fait réagir de nombreux pays dans le monde ainsi que le secrétaire général de l’ONU qui a rappelé les attaques contre les civils « sont interdites par le droit international humanitaire ». Le chef de l’ONU a exhorté toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue et à éviter toute escalade dans un contexte de tensions accrues dans la région, soulignant qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit au Yémen. Il a appelé toutes les parties concernées à s’engager de manière constructive et sans conditions préalables avec son envoyé spécial, Hans Grundberg, et ses efforts de médiation dans le but de faire avancer le processus politique pour parvenir à un règlement négocié global et mettre fin au conflit au Yémen.
Riposte
de la coalition
Les Emirats sont membres d’une coalition militaire sous commandement saoudien qui soutient depuis 2015 au Yémen les forces gouvernementales en guerre contre les Houthis soutenus par l’Iran. En riposte à l’attaque des Houthis, la première à faire des morts sur le sol émirati, cette coalition a annoncé avoir mené des raids aériens sur Sanaa, la capitale du Yémen aux mains des insurgés. Au moins 11 personnes ont été tuées à Sanaa dans la nuit de lundi à mardi, selon des sources médicales. L’attaque contre les Emirats ne resterait « pas impunie », avait-on averti.
Après avoir pris un temps leurs distances, les Emirats ont relancé leur soutien militaire sur le terrain aux forces progouvernementales au Yémen en appuyant la brigade des « Géants » qui a repris des territoires aux rebelles. De leur côté, les rebelles ont multiplié les attaques de missiles et de drones contre l’Arabie saoudite, pays voisin du Yémen et grand rival régional de l’Iran.
Lundi 17 janvier, la coalition a fait état d’une augmentation du nombre de « drones piégés lancés par les Houthis depuis l’aéroport international de Sanaa » et affirmé avoir « intercepté et détruit huit drones lancés en direction du royaume » saoudien. Depuis leur prise de Sanaa en 2014, les rebelles ont réussi à s’emparer de vastes pans du territoire yéménite, en particulier dans le Nord. Le 3 janvier, ils ont saisi le bateau « Rwabee » battant pavillon des Emirats, au large du port yéménite de Hodeida (ouest), affirmant qu’il transportait des armes. La coalition a assuré que le bateau transportait du matériel médical et dénoncé un acte de « piraterie ».
Condamnations
Les Etats-Unis ont promis de « faire rendre des comptes » aux rebelles yéménites pro-Iran Houthis. « Les Etats-Unis condamnent fermement l’attaque terroriste d’aujourd’hui à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, qui a tué trois civils innocents », a déclaré le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan. « Les Houthis ont revendiqué l’attaque, et nous allons travailler avec les Emirats arabes unis et nos partenaires internationaux pour leur faire rendre des comptes », a-t-il ajouté dans un communiqué. « Notre engagement en faveur de la sécurité des Emirats arabes unis est inébranlable et nous sommes aux côtés de nos partenaires émiratis contre toutes les menaces visant leur territoire », a-t-il assuré. « Nous réitérons notre engagement indéfectible en faveur de la sécurité des Emirats arabes unis et nous nous tenons aux côtés de notre partenaire émirati », a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, dans un communiqué. Le secrétaire d’Etat Antony Blinken s’est entretenu plus tard lundi avec son homologue émirati, le cheikh Abdallah ben Zayed Al Nahyan, a déclaré le « porte-parole dans un second communiqué.
Le conflit au Yémen qui a tué 377.000 personnes, s’est intensifié ces dernières semaines avec une augmentation des raids de la coalition militaire et des offensives au sol des forces gouvernementales. n