L’Ougandaise Peruth Chemutai a remporté le titre olympique du 3.000 m steeple mercredi à Tokyo en 9 min 01 sec 45, devant l’Américaine Courtney Frerichs (9:04.79) et la Kényane Hyvin Kiyeng (9:04.79). Les favorites américaine Emma Coburn, championne du monde en 2017, et kényane Beatrice Chepkoech, recordwoman du monde, ont explosé et terminé respectivement aux 14e et 7e places. Chemutai a remporté le troisième titre olympique de l’histoire de son pays, tous sports confondus, le premier depuis l’or de Stephen Kiprotich au marathon en 2012. Ses compatriotes Joshua Cheptegei et Jacob Kiplimo avaient terminé 2e et 3e du 10.000 m la semaine dernière. A 22 ans, Chemutai a signé son premier podium international, après avoir pris la 5e place des Mondiaux de Doha en 2019. Elle fait partie du même groupe d’entraînement que Cheptegei, cornaqué par le Néerlandais Addy Ruiter. Chemutai est la seule à avoir résisté à l’accélération de l’Américaine Frerichs après moins de 1.000 m, pour la passer dans le dernier tour. Le travail de Frerichs, vice-championne du monde 2017 à Londres, a payé avec la médaille d’argent. Derrière elle, Kiyeng est devenue la première femme à décrocher deux médailles olympiques sur la distance (après l’argent en 2016), proposée aux femmes seulement depuis 2008 aux Jeux. n