Des techniciens de la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA) ont été unanimes quant à la nécessité de mettre en place un centre spécialisé pour la préparation des équipes nationales, dans les différentes spécialités, afin d’atteindre le niveau mondial, soulignant que la « matière première » existe mais a besoin d’une prise en charge des responsables.
Approchés par l’APS, en marge du championnat national Open qui s’est déroulé à Bordj El-Kiffan (Alger), de nombreux techniciens ont montré leur déception par rapport aux résultats réalisés lors de cette compétition. « Le niveau technique du championnat national a nettement régressé, tout simplement parce que nous avons négligé les jeunes catégories. Après avoir dominé les distances du 800 m, 1 500 m, 3 000 m steeple et même 5 000 m, on se retrouve aujourd’hui aux dernières places du classement mondial. Il est temps pour nous de trouver les solutions qui s’imposent », a déclaré Abderrahmane Morceli, Directeur technique national (DTN) à la FAA.
Et d’ajouter : « Nous avons une belle génération qui monte et c’est à nous de lui donner les moyens en vue des jeux Olympiques 2024. Nous allons présenter notre stratégie en espérant qu’elle va être appliquée par l’instance fédérale. » Il a proposé : « Je pense qu’à travers mes différentes expériences avec Noureddine Morceli, Nouria Benida-Merah et Taoufik Makhloufi, notre travail va donner ses fruits. Je ne suis pas d’accord avec les stages provisoires ou à courte durée, l’idéal est d’envoyer nos meilleurs athlètes vers des universités américaines pour une période de six mois minimum.»
Le frère de Noureddine Morceli, champion olympique en 1996, a également relevé la nécessité de réaliser un centre spécialisé pour la préparation des athlètes, doté d’équipements et de matériels sophistiqués pour qu’il soit « une véritable usine de production de champions ». De son côté, le Directeur des jeunes catégories (DJTS), Tarek Kessai, a qualifié les résultats du championnat national de « mitigés », avec de « très bonnes » performances dans les distances du 1 500 m, 400 m et 400 m haies et ce, en raison de la participation des athlètes de la sélection algérienne, alors que dans les autres spécialités, les résultats ont été « juste moyens, voire modestes », notamment chez les dames. Pour lui, le volume horaire d’entraînement reste insuffisant pour élever le niveau des jeunes, outre le manque d’infrastructures, « sachant que celles qui existent ne répondent pas aux normes internationales ».
Même son de cloche chez l’entraîneur du GS Pétroliers, Bachir Mariche, pour qui la « nette régression » du niveau technique revient essentiellement à l’absence des meilleurs athlètes, tous présents en France et au Portugal pour participer aux Championnats locaux respectifs.
Il a également déploré la fermeture du stade annexe d’athlétisme Sato, situé au Complexe olympique Mohamed-Boudiaf, qui fait l’objet de réfection. n